Show simple document record

dc.contributor.advisor[non identifié]
dc.contributor.authorLeduc, Charles P.
dc.date.accessioned2018-07-20T16:18:54Z
dc.date.available2018-07-20T16:18:54Z
dc.date.created1990
dc.date.issued1990
dc.identifier.isbn0315612355
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/12951
dc.description.abstractDepuis la découverte du potentiel cancérigène des sels biliaires secondaires et l'objectivation de l'effet de la cholécystectomie sur la dégradation bactérienne et le métabolisme de ces sels biliaires, les études épidémiologiques tendent à montrer une association entre des antécédents de cette chirurgie et les cancers du caecum et du côlon ascendant chez les femmes. Cependant ces associations sont faibles et il existe la possibilité qu'un biais de détection dû aux antécédents chirurgicaux abdominaux en général explique cette situation. Cette étude rétrospective de cas et témoins menée au Centre Hospitalier Universitaire de Sherbrooke évalue cette question. Il appert que chez les hommes aucun risque n'est associé à la cholécystectomie, l'appendicectomie ou le cumul de chirurgies abdominales. Chez les femmes, la comparaison des antécédents chirurgicaux abdominaux entre les cas de cancer colorectal et des témoins hospitalisés ne montre aucune association. Le risque associé à la présence d'antécédents de cholé-cystectomie en comparant les patientes avec un cancer du côté droit du gros intestin (caecum et côlon ascendant) et celles porteuses d'un cancer du côté gauche (sigmoïde et rectum) est significatif. Le odds ratio se chiffre à 2,7 (intervalle de confiance à 90% de 1,03 à 7,06). La comparaison des cas de cancer du côté droit avec leurs témoins est non-significative (O.R. = 1,0). Cependant, pour les cas de cancer du côté gauche le O.R. est significatif à 0,31 (intervalle de confiance à 90% de 0,14 à 0,69). Donc, dans le groupe étudié, les cas de cancer du côté gauche du gros intestin chez les femmes ont significativement moins d'antécédents de cholécystectomie que les cas de cancer du côté droit et leurs propres témoins appariés. Aucun des autres types de chirurgie abdominale n'entraînait d'association. Comme toutes les associations rapportées auparavant sont faibles, la cholécystectomie n'augmente probablement pas directement le risque de développer un cancer colorectal. Sans être un risque à proprement parler, la cholécystectomie déterminerait la localisation du cancer colorectal vers la droite chez les patientes déjà disposées à ce cancer.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Charles P. Leduc
dc.titleLes chirurgies abdominales comme facteur de risque pour le cancer colorectal
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineSciences cliniques
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santé
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Sc.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record