Show simple document record

dc.contributor.advisor[non identifié]
dc.contributor.authorPrié, Stéphane
dc.date.accessioned2018-07-05T16:12:38Z
dc.date.available2018-07-05T16:12:38Z
dc.date.created1993
dc.date.issued1993
dc.identifier.isbn0315986603
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/12724
dc.description.abstractLes cellules épithéliales et inflammatoires jouent un rôle modulateur important dans la réactivité des voies respiratoires. Les activités myotropes de l’histamine et du LTC4 sur la trachée intacte du cobaye sont augmentées en bloquant l'accès à la muqueuse avec de gelée de pétrole ou après avoir enlevé l’épithélium. Les réponses de la trachée sans épithélium à l’histamine et à l’acétylcholine sont inhibées en présence de cellules épithéliales mises en culture sur des lamelles de verre déposées à proximité du tissu. L'isolement des cellules épithéliales, nous a permis de démontrer une activité importante de l'enzyme cyclooxygénase qui métabolise L’AA principalement en PGE2 (bronchorelaxant) plutôt qu'en TxB2 (bronchoconstricteur). Cependant, ces cellules ne possèdent pas l'activité des enzymes 5-lipoxygénase et glutathione-S-transférase pour la synthèse des peptidoleucotriènes. Par contre, l'activité de l'enzyme LTA4 hydrolase est présente et catalise la transformation du LTA4 en LTB4. Malgré son action bronchoconstrictrice, le LTC4 stimule la synthèse de la PGE2 mais n'influence pas celle de la TxB2 par les cellules épithéliales mises en culture. La caractérisation du récepteur du LTC4 sur les cellules épithéliales, démontre que la liaison du [3h]LTC4 est réversible et spécifique. Il n'existe qu'une seule classe de récepteurs (B max = 2.4+.0. 6x 1 05 récepteurs/cellule) avec une constante de dissociation de 35.4+8.6 nM. L'isolement des éosinophiles et des neutrophiles, nous a permis de démontrer une activité importante de l'enzyme cyclooxygénase qui métabolise l’AA principalement en TxB2 plutôt qu'en PGE2. En coculture, ces cellules inflammatoires inhibent la synthèse de la PGE2 par les cellules épithéliales. La MBP présente dans les granules de sécrétion des éosinophiles, inhibe également la synthèse de la PGE2 par les cellules épithéliales. La présence de cellules inflammatoires dans les bains classiques, inhibe l'activité myotrope de l’AA sur la trachée intacte mais n'influence pas celles de l’histamine et de l’acétylcholine. En conclusion, nos résultats démontrent que les cellules inflammatoires (surtout les éosinophiles) semblent impliquées dans l’hyperréactivité des voies respiratoires en partie en inhibant la synthèse de la PGE2 par les cellules épithéliales.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Stéphane Prié
dc.titleInfluence des cellules épithéliales et inflammatoires dans l'hyperréactivité des voies respiratoires
dc.typeThèse
tme.degree.disciplinePharmacologie
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santé
tme.degree.levelDoctorat
tme.degree.namePh.D.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record