Show simple document record

dc.contributor.advisorBallivy, Gérardfr
dc.contributor.advisorRhazi, Jamalfr
dc.contributor.advisorBoone, Françoisfr
dc.contributor.authorFilali, Bilalfr
dc.date.accessioned2014-05-14T16:34:59Z
dc.date.available2014-05-14T16:34:59Z
dc.date.created2004fr
dc.date.issued2004fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/1262
dc.description.abstractL'objectif du présent travail est l'étude des propriétés diélectriques du béton par le développement et l'application de la technique de la sonde coaxiale (à terminaison ouverte) et l'application de la méthode radar (méthode du double trajet et de l'espace libre). Les propriétés diélectriques du béton fournissent, d'une manière non destructive (NDT), d'importantes informations sur son état de dégradation et ses conditions internes (teneur en eau, salinité, etc.). La méthode radar est la technique NDT la plus couramment utilisée pour le béton, se basant sur ses propriétés diélectriques. Pour l'application de la technique de la sonde coaxiale sur le béton, l'instrument est développé et calibré au cours de ce projet. Cela a présenté une importante démarche de recherche, où on a proposé une approche de calcul plus cohérente que celles rapportées dans la littérature. Cette sonde, fonctionnant entre 100 MHz et 900 MHz, est utilisée sur plusieurs échantillons de béton à différentes propriétés, et ce, afin de les comparer avec précision. Les résultats des mesures sur les bétons secs ont donné des valeurs de ε' comprises entre 4 et 6 pour les bétons poreux et entre 5 et 9 pour les bétons compacts. Pour la partie imaginaire, on a obtenu des valeurs proches de 0,5 pour les bétons poreux, et proches de 1 pour les bétons compacts. La méthode radar est appliquée en utilisant l'antenne radar 1500 GHz disponible au laboratoire. Cela nécessite la caractérisation du système radar et de son antenne : les tests de stabilité et de performance du système (qui n'ont pas tous abouti), le diagramme de rayonnement de l'antenne (on a trouvé un HPBW entre 95° et plus de 110° dans l'air) et la caractérisation de l'impulsion émise. Deux différentes techniques sont appliquées avec la même antenne, dont la première est basée sur le calcul du double trajet des ondes à travers le béton et la deuxième sur la réflexion des ondes sur la surface d'un béton. La première technique (le double trajet) fait appel à l'analyse des signaux dans le domaine temporel et fournit une seule valeur de permittivité par signal radar. Elle est utilisée pour observer la variation de la permittivité par rapport à la teneur en eau de différents échantillons. On a obtenu des variations comparables au modèle théorique CRIM avec des valeurs mesurées allant de 5 à 6,5 à l'état sec, et de 9.5 à 11 pour les états saturés. Pour la deuxième technique radar (espace libre), il est possible de traiter les signaux radar dans le domaine fréquentiel, ce qui fournit un spectre représentant la permittivité en fonction de la fréquence. La bande de fréquence couverte s'étend sur une gamme approximative de 800 MHz à 2300 MHz. Cependant, les mesures obtenues sont purement surfacique et nécessitent des échantillons sous forme de dalles de béton (1 m x 1 m).fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Bilal Filalifr
dc.titleÉtude des propriétés diélectriques du béton par sonde coaxiale et par antenne radarfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineGénie civilfr
tme.degree.grantorFaculté de géniefr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc. A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record