Show simple document record

Other titre : Justice sociale et intégrité environnementale dans les conflits liés à la biodiversité : recherche de terrain d'entente dans la conservation du jaguar (Panthera onca)

dc.contributor.advisorCalmé, Sophie
dc.contributor.advisorWhite, Rehema
dc.contributor.authorLecuyer, Marie Loufr
dc.date.accessioned2018-05-24T20:09:36Z
dc.date.available2018-05-24T20:09:36Z
dc.date.created2018fr
dc.date.issued2018-05-24
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/12263
dc.description.abstractAbstract: Biodiversity conflicts occur when people's objectives or priorities over biodiversity differ. They are presented here as a symptom of our failures to reach sustainable development targets, sustainable development being defined in this study as a process aiming at environmental integrity and social justice. Previous research approached biodiversity conflicts primarily under the environmental integrity component of sustainable development, aiming to reduce conflicts through the reduction of biodiversity impacts (i.e., the negative interactions between humans and biodiversity). However, the implementation of strategies aiming to reduce biodiversity impacts has rarely led to long-term conflict management, suggesting that conflict management could be principally affected by social justice and the underlying human conflict. Through an interdisciplinary approach, I explore how the notion of social justice and the pursuit of common ground may help develop new solutions to manage biodiversity conflict and achieve better environmental integrity. More specifically, I try to understand: (1) What is the relationship between biodiversity impact and biodiversity conflict? (2) How is social justice related to biodiversity conflict, and how might its consideration offer new approaches or solutions to strengthen environmental integrity? (3) Can dialogic and collaborative approaches contribute to managing biodiversity conflicts? My research is based on an empirical study exploring environmental management in Calakmul, Mexico. Calakmul region, while hosting the largest tropical forest and population of jaguar (Panthera onca) in Mexico, is also a place for agricultural activity, resulting in a conflict about jaguar management. While jaguar management is a common thread among the chapters of my thesis, I also focus on the benefits of exploring multiple issues to understand the context in which environmental management takes place. In chapter 2, I assess the extent of large cats’ impact in the region and the factors that influence the occurrence of livestock attacks and their spatial distribution. I develop a two-dimensional approach to consider landscape characteristics and human pressure separately. I also use a geostatistical model, accounting for spatial autocorrelation in the data, as well as a multi-scale approach to select the relevant spatial scale for each variable and consider historical data on landscape attributes. Results show that sheep are particularly at risk, regardless of their spatial distribution in the region or other factors. Attack occurrence is best explained by the functional characteristics of the landscape (here, linked to fragmentation process), whereas the effect of human pressure is of lower importance. This research suggests that attack risk is widely spread across the Calakmul region, and that strengthening the use of landscape ecology for spatial predation risk estimation might improve the potential of such tool for conservation. In chapter 3, I propose a novel approach to start collaboration that focuses on common ground. I was interested in understanding local actors’ concerns regarding environmental management in the region, and to contextualize jaguar management among other issues. I propose a way to identify and quantify common ground among multiple issues raised by local representatives. I show that actor positions are diverse and that there is a lack of consistent grouping by occupational activity. Then, I suggest that by locating issues according to the level of common ground and importance among actors, it is possible to target issues to support the first stages of collaboration. Starting with issues of high importance and high common ground can enable actors to build norms of reciprocity and trust. Exploring multiple issues can also support negotiation among actors to find solutions of mutual benefit across issues. This work on common ground avoids preset assumptions about actors and embraces a larger view of the context in which environmental management takes place to address conservation issues. Finally, I explore the framing of construction of justice across multiple biodiversity conflicts, and the factors affecting feelings of justice surrounding jaguar management in Calakmul. Fairness concerns are often considered to be triggers for biodiversity conflicts and also to be highly context-dependent. The qualitative investigation of Chapter 4 allows me to derive a context-specific understanding of fairness in Calakmul, while providing a new framework that brings together four dimensions of justice (recognition, ecological, distributive and procedural). I consider two justice dimensions as conditional: justice-as-recognition, which acknowledges that there are different conceptions of justice among individuals, and ecological justice, which is about the fair treatment of the natural world. Both underpin practical justice, procedural and distributive, which interact to define fair procedures and distribution. The quantitative study of Chapter 5 focuses on jaguar management and allows to examine the factors influencing the prioritization of the criteria used by people to explain their feelings of justice. Based on a pioneering statistical tool, the results show the limited influence that personal experience of livestock attacks has on fairness perception, and rather emphasize the importance of relationships, such as intragroup coherency, or the perception of the responsible entities. I propose that fairness should not be neglected when trying to manage biodiversity conflicts and that inclusive processes are needed in order to reconcile conflicting justice perspectives and achieve more successful environmental management. My research integrates both social and natural sciences perspectives to provide, for each chapter, specific recommendations that can improve environmental management, and more specifically, jaguar management in the region of Calakmul. I confirmed that the link between biodiversity impact and biodiversity conflict is not simple and causal: a reduction of impacts might not be sufficient to reduce conflict. I propose that social justice allows addressing concerns related to both: biodiversity impact through the lens of distributive and ecological justices, and conflict across all justice dimensions as our plural approach reveals the variability of points of views among actors. My thesis emphasizes the importance for conservation to engage in collaborative approaches that are supported by common ground and based on dialogue and recognition. I believe that to do so, conservation biology will have to expand its boundaries. While recognizing its primary aim of ensuring biodiversity protection, conservation biology shall advance interdisciplinary understanding and engage with conservation practices. Researchers will have an important role to play by committing to develop more relationships with others: researchers from other disciplines, practitioners, and local actors. By acknowledging the potential of the research process to change both researchers and the subjects of the research, researchers can help build bridges between divergent points of view, create trusting relationships, and support the development of commonalities. I believe this can be an important first step to manage conflicts and reach sustainability in jaguar management, and biodiversity conservation more broadly.fr
dc.description.abstractRésumé : Les conflits liés à la biodiversité se produisent lorsque les objectifs ou les priorités des individus par rapport à la biodiversité diffèrent. Ils sont présentés ici comme un symptôme de notre échec face au développement durable, le développement durable étant défini dans cette étude comme un processus visant l'intégrité environnementale et la justice sociale. Des recherches antérieures ont abordé les conflits liés à la biodiversité principalement sous l’angle de l’intégrité environnementale, visant à réduire les conflits par la réduction des impacts liés à la biodiversité (i.e. interactions négatives entre les humains et la biodiversité). Cependant, la mise en oeuvre de stratégies visant à réduire les impacts a rarement conduit à une gestion des conflits à long terme. Cela suggère que la gestion des conflits pourrait être principalement affectée par la justice sociale et le conflit sous-jacent entre humains. À travers une approche interdisciplinaire, j'explore comment la notion de justice sociale et la recherche de terrains d'entente peuvent aider à développer de nouvelles solutions pour gérer les conflits liés à la biodiversité et à atteindre une meilleure intégrité environnementale. En particulier, j'essaie de comprendre : (1) Quelle est la relation entre les impacts et les conflits liés à la biodiversité ? (2) Comment la justice sociale est-elle reliée aux conflits et comment sa prise en compte offre de nouvelles approches ou solutions pour renforcer l'intégrité environnementale ? (3) Les approches basées sur le dialogue et la collaboration peuvent-elles contribuer à la gestion des conflits liés à biodiversité ? Ma recherche est basée sur une étude empirique explorant la gestion de l'environnement à Calakmul, au Mexique. La région de Calakmul accueille la plus grande forêt tropicale et la plus grande population de jaguar (Panthera onca) au Mexique, mais supporte également des activités agricoles, ce qui entraîne un conflit en lien avec la gestion du jaguar. La gestion du jaguar est un fil conducteur constant au travers des chapitres de ma thèse ; cependant, je me concentre également sur les avantages d'explorer de multiples problématiques pour comprendre le contexte dans lequel la gestion environnementale a lieu. Dans le chapitre 2, j'évalue l'ampleur de l'impact des grands félins dans la région de Calakmul et les facteurs qui influencent l'occurrence des attaques de bétail et leur distribution spatiale. Je développe une approche bidimensionnelle pour considérer séparément les caractéristiques du paysage et la pression humaine. J'utilise également un modèle géostatistique, qui tient compte de l'autocorrélation spatiale dans les données, ainsi qu'une approche multi-échelle pour sélectionner l'échelle spatiale pertinente pour chaque variable. Je prends aussi en compte des données historiques sur l’habitat disponible pour le jaguar. Les résultats montrent que les moutons sont particulièrement menacés, où qu’ils soient dans le paysage et sans importer leur gestion. Les caractéristiques fonctionnelles du paysage (ici liées au processus de fragmentation) sont les variables qui expliquent ensuite le mieux l’occurrence d’attaque, alors que l'effet de la pression humaine est moins important. Cette recherche suggère que le risque d'attaque est largement répandu dans la région de Calakmul. De plus, une utilisation accrue de l'écologie du paysage pour l'estimation du risque spatial de prédation pourrait potentiellement améliorer l’utilité d’un tel outil pour la conservation. Dans le chapitre 3, je propose une nouvelle approche qui soutient le démarrage des processus collaboratifs en se concentrant sur les terrains d'entente. Je souhaitais comprendre les préoccupations des acteurs locaux concernant la gestion de l'environnement dans la région d’étude, et mettre en contexte la gestion du jaguar parmi les autres problématiques. Je propose donc un moyen d'identifier et de quantifier les terrains d'entente pour les différentes préoccupations soulevées par des représentants locaux. Je montre que les positions des acteurs sont diverses et qu’il n’est pas possible de les regrouper en fonction de leurs occupations professionnelles. Ensuite, je suggère qu'en situant les problématiques soulevées par les acteurs selon leur niveau de terrain d’entente et d'importance, il est possible de cibler des problématiques qui soutiennent positivement les premières étapes d’une collaboration. En ciblant d’abord des préoccupations importantes et présentant un fort potentiel de terrain d’entente, il est possible d’installer des relations entre acteurs basées sur la confiance et la réciprocité. L'exploration de plusieurs issues peut également favoriser une négociation entre acteurs pour trouver des solutions qui répondent simultanément à plusieurs problématiques. Ce travail sur les terrains d'entente évite ainsi les préjugés sur les positions des différents acteurs. Il adopte également une vision plus large du contexte dans llequel la gestion environnementale a lieu, afin de mieux traiter les problèmes de conservation. Enfin, j'explore la construction du sentiment de justice à travers plusieurs conflits liés à la biodiversité à Calakmul, pour ensuite considérer les facteurs affectant ce sentiment dans le cadre de la gestion du jaguar. Les préoccupations en lien avec la justice sont souvent considérées comme un déclencheur de conflits, et sont aussi fortement reliées au contexte dans lequel elles apparaissent. L’approche qualitative du chapitre 4 me permet d’obtenir une compréhension contextualisée du sentiment de justice à Calakmul. D’autre part, elle permet de proposer un nouveau cadre théorique qui rassemble quatre dimensions de la justice (reconnaissance, écologique, distributive et procédurale). Deux dimensions de la justice sont présentées comme conditionnelles : la « justice-comme-reconnaissance » admet qu'il existe différentes conceptions de la justice entre les individus, tandis que la justice écologique se préoccupe d’obtenir un juste traitement du monde naturel. Ces deux dimensions conditionnelles délimitent la possibilité d’atteindre la justice dite pratique, correspondant aux deux autres dimensions, procédurale et distributive ; celles-ci interagissent pour définir des procédures et distributions considérées comme justes. L'étude quantitative du chapitre 5 met l'accent sur la gestion du jaguar. Elle permet d'examiner les facteurs influençant la priorisation des critères utilisés par les personnes pour expliquer leur sentiment de justice. Basés sur un outil statistique innovant, les résultats montrent l'influence limitée de l'expérience personnelle d’attaque de bétail sur la perception de justice. Ils soulignent plutôt l'importance des relations, telles que la cohérence intragroupe, ou la perception des entités responsables. Je propose de ne pas négliger le sentiment de justice dans la gestion des conflits liés à la biodiversité et de mettre en place des processus inclusifs, afin de réconcilier des perspectives de justice parfois contradictoires et parvenir à une meilleure gestion de l'environnement. Ma recherche intègre à la fois sciences sociales et naturelles pour fournir, à chaque chapitre, des recommandations spécifiques pouvant améliorer la gestion de l'environnement, et plus précisément la gestion du jaguar dans la région de Calakmul. Elle permet de confirmer que le lien entre impacts et conflits liés la biodiversité n'est ni simple, ni causal : une réduction des impacts n’est pas nécessairement suffisante pour réduire les conflits. Je propose donc que la justice sociale est une réponse aux préoccupations liées aux deux : les impacts à travers la justice distributive et écologique et les conflits à travers l’ensemble des dimensions puisque notre approche plurielle révèle la variabilité des points de vue entre les acteurs. Ma thèse souligne l'importance pour la conservation de l’environnement de s'engager dans des approches collaboratives basées sur les terrains d'entente et de mettre l'accent sur le dialogue et la reconnaissance. Je crois que pour ce faire, la biologie de la conservation doit élargir ses frontières. Tout en reconnaissant son objectif d'atteindre une plus grande protection de la biodiversité, elle doit promouvoir la compréhension interdisciplinaire et s'engager avec les acteurs de terrain pour la conservation. Les chercheurs ont un rôle important à jouer en s'engageant à développer davantage de relations avec les autres, tels que les chercheurs d'autres disciplines, les praticiens et les acteurs locaux. En reconnaissant le potentiel du processus de recherche de changer à la fois le chercheur et l’individu sujet de la recherche, les chercheurs peuvent aider à établir des ponts entre des points de vue divergents, créer des relations de confiance, et soutenir le développement de points communs. Je crois que cela peut être une première étape importante pour gérer les conflits et atteindre une gestion durable du jaguar.fr
dc.language.isoengfr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Marie Lou Lecuyerfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectBiodiversity conflictfr
dc.subjectBiodiversity impactfr
dc.subjectEnvironmental integrityfr
dc.subjectSocial justicefr
dc.subjectSpatial-risk of depredationfr
dc.subjectCommon groundfr
dc.subjectCollaborative approachfr
dc.subjectFairnessfr
dc.subjectConflit lié à la biodiversitéfr
dc.subjectImpact lié à la biodiversitéfr
dc.subjectIntégrité environnementalefr
dc.subjectJustice socialfr
dc.subjectRisque spatial de prédationfr
dc.subjectTerrain d’ententefr
dc.subjectApproche collaborativefr
dc.subjectSentiment de justicefr
dc.titleSocial justice and environmental integrity in biodiversity conflicts: searching for common ground and sustainability in the conservation of jaguar (Panthera onca)fr
dc.title.alternativeJustice sociale et intégrité environnementale dans les conflits liés à la biodiversité : recherche de terrain d'entente dans la conservation du jaguar (Panthera onca)fr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplineBiologiefr
tme.degree.grantorFaculté des sciencesfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.namePh.D.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Marie Lou Lecuyer
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Marie Lou Lecuyer