Show simple document record

dc.contributor.advisorMénard, Henri-André
dc.contributor.advisorDe Medicis, Éveline
dc.contributor.advisorGibson, David
dc.contributor.authorLapointe, Sylvie
dc.date.accessioned2018-04-06T20:02:48Z
dc.date.available2018-04-06T20:02:48Z
dc.date.created1990
dc.date.issued1990
dc.identifier.isbn0315818840
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/12053
dc.description.abstractL'information concernant la structure et les fonctions biologiques des antigènes, ciblés par les anticorps peuvent fournir un aperçu de l'étiologie et de la pathogénèse. Nous avons développé une technique d'immunoblot spécifique et sensible pour la détection de l’anticorps anti-Ro(SS-A), utilisant des extraits de rate humaine comme source d'antigène et des sérums de patients atteints de lupus érythémateux disséminé, de polyarthrite rhumatoïde et de syndrome de Sjögren comme source d’anticorps. La plupart des sérums positifs en immunodiffusion le sont aussi dans ce système. Quelques sérums positifs observés par la technique d'immunodiffusion ne reconnaissent pas la protéine Ro(SS-A) en immunoblot en condition électrophorétique dénaturante. Pour analyser ce phénomène, des lignes de précipitation obtenues en immunodiffusion avec ces sérums ont été coupées, lavées, éluées, soumises à l'électrophorèse sur gel polyacrylamide contenant du dodécylsulfate de sodium en condition non réductrice, et immunoblottées. Elles contiennent l'antigène Ro(SS-A), suggérant que les lignes obtenues en immunodiffusion ne sont pas des faux-positifs. Ceci a été confirmé par la technique d'immunoprécipitation d'un extrait de cellules HeLa marquées au 32p dans lesquelles les Y ARN associés au Ro(SS-A) ont été identifiés par autoradiogramme d'une électrophorèse sur gel de polyacrylamide contenant de l'urée (7M). L'immunoblot de l'extrait de rate ayant migré sous des conditions natives a révélé la présence de l'antigène Ro(SS-A) libre (Rm 0,75) ainsi qu'associé avec l'antigène La(SS-B) (Rm 0,45). Ce dernier peut être dissocié par un prétraitement de l'extrait de rate humaine avec le 2-mercaptoéthanol. Ces résultats suggèrent que les immunoblots négatifs en gel dénaturant étaient des faux-négatifs. Donc quelques sérums reconnaissent spécifiquement l'antigène Ro(SS-A) natif mais ne le reconnaissent pas quand il est dénaturé. Après épuisement des anticorps dirigés contre le polypeptide Ro(SS-A) dénaturé de 60 kD, tous les sérums anti-Ro(SS-A) reconnaissent encore les déterminants conformationnels de Ro(SS-A). Le fait que certains sérums anti-Ro(SS-A) contiennent des anticorps dirigés contre l'antigène natif et dénaturé, alors que d'autres ne reconnaissent que les déterminants conformationnels suggèrent que la formation de ces anticorps pourrait être induite via une stimulation directe par l'antigène natif. Dans ce mémoire Ro, Ro(SS-A) et SS-A d'une part et La, La(SS-B) et SS-B d'autre part, sont utilisés de façon interchangeable.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Sylvie Lapointe
dc.titleDes autoanticorps humains reconnaissent des déterminants conformationnels de la protéine Ro (SS-A)
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineBiochimie
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santé
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Sc.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record