Show simple document record

dc.contributor.advisorBellalite, Lynda
dc.contributor.authorCadoret, Alainfr
dc.date.accessioned2018-01-23T17:29:53Z
dc.date.available2018-01-23T17:29:53Z
dc.date.created2018fr
dc.date.issued2018-01-23
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/11802
dc.description.abstractLe transport des personnes est un sujet préoccupant et complexe dans la conjoncture actuelle. Les besoins de mobilité ont toujours été au cœur des préoccupations de la vie en société et le transport fait face constamment à de nouveaux défis. Aujourd’hui, suivant une ère qui employait l’automobile comme moyen de déplacement dans la presque totalité des cas, différentes problématiques poussent les individus et les groupes à se tourner vers des alternatives. La population vieillissante, la conscientisation environnementale, les restrictions d’ordre social et économique, conjointement à d’autres raisons font tourner les regards vers le transport collectif. Si de tels réseaux sont depuis longtemps moyennement ou plutôt bien implantés en zones fortement urbanisées et commencent à occuper une présence marquée en zones périphériques, leurs déploiements restent à être encouragés et soutenus en zones rurales, au Québec à tout le moins. Nous verrons qu’en France, il existe un type de service de transport collectif, désigné « transport à la demande », assez bien connu aujourd’hui et qui tente de s’adapter à une clientèle résident dans les zones moins densément peuplées. Il est assez logique de trouver davantage d’initiatives de la sorte dans ce pays où l’automobile comme moyen de transport des individus est moins généralisé qu’il ne l’est en Amérique du Nord. Partant de là, les réseaux des différents modes de transport en commun y sont plus nombreux et davantage développés. Puis, les territoires ruraux s’étendent sur des distances moins importantes, avec des densités de population généralement supérieures à celles rencontrées dans les milieux ruraux de la plupart des régions du Québec. Ainsi, comment de tels modèles peuvent inspirer des solutions semblables au transport à la demande tel qu’il est mis en œuvre en France, pour répondre aux besoins de mobilité des milieux ruraux au Québec? Les territoires ruraux du Québec ne sont pas exempts d’initiatives s’apparentant au transport à la demande s’opérant en France, mais les expériences sont très jeunes.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Alain Cadoretfr
dc.subjectTADfr
dc.subjectTransport à la demandefr
dc.subjectTransportfr
dc.subjectMilieu ruralfr
dc.subjectMRCfr
dc.titleLe transport à la demande en milieu rural : études de cas d’initiatives québécoisesfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineSciences géographiquesfr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record