Show simple document record

dc.contributor.advisorBastin, Marcel
dc.contributor.authorAsselin, Claude
dc.date.accessioned2018-01-16T22:09:36Z
dc.date.available2018-01-16T22:09:36Z
dc.date.created1985
dc.date.issued1985
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/11720
dc.description.abstractLe gène T moyen du virus du polyome n'induit pas la formation de tumeurs chez le rat. Il est tumorigène chez le hamster après un long temps de latence et peut immortaliser des cellules primaires de rat à une faible fréquence. Des fonctions autres que celles exprimées par l'antigène T moyen sont requises pour l'élaboration de toutes les propriétés associées à la transformation néoplasique. Nous avons trouvé que le potentiel tumorigène du gène T moyen in vivo pouvait être restauré par des facteurs d'immortalisation tels que l'antigène grand T de SV40, la région E1A de Ad2, l'oncogène cellulaire myc et par un mutant du gène grand T de polyome, plt-d197. Ce mutant, qui a une capacité accrue d'immortalisation, a une délétion en phase de 30 pb entre les nt 1367 et 1397 et est beaucoup plus efficace que le gène plt de type sauvage dans la complémentation du gène T moyen in vivo et in vitro. Nous avons trouvé que le gène T moyen pouvait être complémenté par le petit T de polyome in vivo et in vitro. Même si, du point de vue opérationnel, le petit T de polyome est très similaire dans la tumorigénèse aux facteurs d'immortalisation, il ne peut être impliqué dans des fonctions d'établissement. Ceci suggère que tous les gènes qui complémentent la fonction transformante du gène T moyen de polyome ne créent pas des changements identiques dans le comportement cellulaire mais peuvent, au contraire, interagir avec des cibles cellulaires différentes. Nous avons trouvé que 27% de la région encodant le gène grand T de polyome, jusqu'au nt 1213, était suffisant à immortaliser des cellules primaires de rat. Nous avons identifié la région entre le nt 1016 (AvaI) et 1213, comme étant essentielle au processus d'immortalisation. Cette région ne comporte aucune homologie de séquence avec SV40 et serait d'origine cellulaire. Nous avons aussi trouvé qu'un mutant de délétion du gène grand T de SV40, Xho24, qui n'encode que les 137 premiers acides aminés, soit 19% de la protéine, pouvait immortaliser efficacement des cellules primaires de rat. Nous suggérons que les capacités d'immortalisation associées aux gènes grands T tronqués de polyome et de SV40 dépendent de la liaison de ces protéines à l'ADN cellulaire suivi d'un processus d'activation de gènes, même si nous avons montré que la présence dans le noyau d'un grand T de SV40 n'est pas toujours nécessaire à la transformation de cellules primaires.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Claude Asselin
dc.titleRôle des antigènes précoces du virus du polyome et du virus SV40 dans l'oncogénèse
dc.typeThèse
tme.degree.disciplineMicrobiologie
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santé
tme.degree.levelDoctorat
tme.degree.namePh.D.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record