Show simple document record

dc.contributor.advisor[non identifié]
dc.contributor.authorRivest, Robert
dc.date.accessioned2018-01-16T21:29:44Z
dc.date.available2018-01-16T21:29:44Z
dc.date.created1988
dc.date.issued1988
dc.identifier.isbn0315440171
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/11715
dc.description.abstractLes symptômes cardinaux de la maladie de Parkinson (MP) sont l'hypokinésie, la rigidité musculaire et les tremblements. Ils seraient principalement causés par à une diminution importante de la dopamine (DA) dans le striatum, faisant suite à une dégénérescence précipitée des corps cellulaires dopaminergiques au niveau de la substance noire (SN). Or, il appert que de fortes densités de récepteur à la neurotensine (NT) sont localisées dans la SN et que chez des patients atteints de la MP, une baisse marquée des récepteurs neurotensinergiques y est trouvée. Due à ces évidences expérimentales, il est possible que la NT puisse être impliquée dans l'étiologie et/ou la symptomatologie de cette maladie. Au cours de ce projet de recherche effectué avec des rats, un modèle animal de la MP a été développé dans le but d'étudier les effets de la NT sur les symptômes reliés à cette maladie. Des rats ont été canulés dans le faisceau ventro-médian et ont reçu 4µl de 6-hydroxydopamine (6-OHDA) à une concentration de 6.5 µg/µl. Deux jours après le traitement, nous avons procédé à des mesures neurocomportementales de catalepsie, d'activité motrice, de rigidité musculaire (test de suspension et le test de la rigidité de la queue) et d'observations de tremblements. Tout ces symptômes furent fortement augmentés par le traitement sauf l'activité motrice qui a été diminuée très significativement. Les effets neurochimiques induits par le traitement dans diverses régions du système nerveux central ont été évalués au moyen d'analyses par chromatographie liquide à haute pression couplée à la détection électrochimique(HPLC-DE). Nous avons trouvé des baisses très marquées de la DA et de son métabolite, l'acide 3,4-dihydroxyphénylacétique et de même que de la norépinéphrine dans le ST, le noyau accumbens, l'amygdale et l'hypothalamus alors que l'acide homovanillique fut diminué dans les trois premières régions. Aucun changement ne fut observé sur les concentrations en sérotonine et en 5-hydroxyindolacétique dans les régions cérébrales étudiées. L'apomorphine et le L-dopa ont renversé les effets induits par la lésion alors que les deux anticholinergiques, artane et le benztropine ont produit une légère hausse de l'activité motrice. L'administration intra-cérébro-ventriculaire de 30 µg de NT a réduit significativement la rigidité musculaire et la présence de tremblements. Le [D-Tyr11]-NT s'est révélé environ 16 fois plus puissant que la NT dans le test de suspension et environ 33 fois plus efficace sur la diminution de l'apparition des tremblements. Par contre, le fragment NT1-10 et l'analogue [Ala11]-NT ont été inactifs pour atténuer les deux symptômes. L'étude des sites d'action de la NT a montré que l'administration intra-cérébrale du peptide permet d'obtenir des effets variables selon les régions. Par contre, il semble qu'en général, l'injection de la NT dans les cavités telles que les ventricules latéraux, la cisterne magna et la thèque de la moelle épinière procure des effets plus marqués que lorsque le peptide est administré directement dans le tissu cérébral. En résumé, ces résultats suggèrent qu'un modèle animal de la MP a été obtenu à partir d'injection de 6-OHDA dans le faisceau ventro-médian. La NT semble être un peptide efficace pour réduire les symptômes induits par la neurotoxine. De plus, notre étude de structure activité nous indique que les effets du peptide ne seraient pas uniquement causés par l'administration de peptides quelconques puisque la NT1-10 et l'analogue [Ala11]-NT furent inactifs. Aussi, la tyrosine en position 11 possède un rôle important dans l'action du peptide.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Robert Rivest
dc.titleÉtude des effets neurocomportementaux de la neurotensine et de peptides apparentes dans un modèle animal de la maladie de Parkinson
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplinePharmacologie
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santé
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Sc.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record