Show simple document record

dc.contributor.advisorChartrand, Pierre
dc.contributor.authorCourchesne, Danièle
dc.date.accessioned2018-01-16T21:25:38Z
dc.date.available2018-01-16T21:25:38Z
dc.date.created1986
dc.date.issued1986
dc.identifier.isbn0315361697
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/11685
dc.description.abstractLe but de ce travail est d'isoler des gènes qui sont impliqués dans l'activité ligninolytique de la moisissure blanche du bois. Trametes versicolor. La dégradation microbiologique de la lignine est un phénomène mal connu. Les moisissures blanches du bois sont les organismes les plus efficaces pour dégrader la lignine mais leur mécanisme d'action est énigmatique. Bien que certains enzymes pouvant modifier la lignine ont été identifiés, le fonctionnement global du système demeure incertain. Le système ligninolytique de la moisissure n'est pas présent quand la moisissure est en phase primaire de croissance mais apparaît quand celle-ci passe en métabolisme secondaire. La lignine n'est pas un inducteur de ce système. C'est le passage de la culture en métabolisme secondaire qui induit l'activité ligninolytique. Ce passage peut être contrôlé par la concentration en azote du milieu. Il est donc possible d'obtenir des cultures avec et sans activité ligninolytique en modifiant la concentration en azote du milieu de culture. Sachant cela, nous avons pensé qu'il serait possible d'isoler des gènes qui sont exprimés de façon différentielle lors de l'activité ligninolytique, sans pour autant en connaître la fonction. Pour ce faire, il suffit d'hybrider la génothèque d'un organisme qui dégrade la lignine avec des sondes préparées à partir de cultures induites et non induites pour l'activité ligninolytique. Ainsi, les gènes qui seraient exprimés de façon préférentielle dans une culture ayant de l'activité ligninolytique donneraient un signal plus intense avec la sonde provenant d'une culture induite qu'avec la sonde provenant d'une culture non induite. En suivant cette approche, nous avons criblé la génothèque de Trametes versicolor avec deux sondes différentes de cDNA effectuées à l'aide de mRNA isolés de cultures induites et non induites pour l'activité ligninolytique. Nous avons isolé 49 clones qui donnaient un signal plus intense avec la sonde induite qu'avec la sonde non induite. Sur ces 49 clones, 18 ont pu être purifiés jusqu'à homogénéité du signal. Ces 18 clones représentaient 9 gènes différents d'après leur patron de restriction. Pour la majorité de ces clones, nous avons obtenu une image d'expression différentielle sur "Northern blot". Ainsi, en utilisant une méthode d'hybridation très simple, nous sommes parvenue à purifier des gènes de Trametes versicolor ayant une expression différentielle dans certaines conditions particulières de culture. Il reste maintenant à caractériser les gènes isolés pour voir s'ils ont un rôle à jouer dans le système ligninolytique de la moisissure.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Danièle Courchesne
dc.titleRecherche de gènes impliqués dans l'activité ligninolytique chez Trametes versicolor
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineMicrobiologie
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santé
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Sc.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record