Show simple document record

dc.contributor.advisorDombowsky, Don
dc.contributor.authorDubé, Marc-Antoinefr
dc.date.accessioned2017-11-08T14:40:26Z
dc.date.available2017-11-08T14:40:26Z
dc.date.created2017fr
dc.date.issued2017-11-08
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/11495
dc.description.abstractPour nous, hommes du XXIe siècle, il peut être aussi fascinant qu’angoissant de faire le point sur ces prédictions faites par Zarathoustra, il y a plus d’un siècle déjà, à propos du dernier homme dont l’annonce visionnaire de sa naissance imminente s’est originellement déroulée dans le ressentiment et l’incompréhension des hommes. Il semble, aujourd’hui, ardu de nier ces troublantes affinités entre le dernier homme et nous, hommes du XXIe siècle. Devant ce personnage nocif, nihiliste à souhait et de plus en plus dominant sur le plan sociétal vient, pour certains, cet instinctif appétit de « trouver des solutions pour le surmonter ». L’une des complications premières d’une telle entreprise sera la suivante : le dernier homme, en position de domination grâce à sa morale issue de celle l’esclave il y a plus de 2 000 ans, se réjouit de cette absence d’ambition existentielle et conçoit son bonheur autour des puissantes idoles que sont la sécurité et le bien-être. Simplement, le dernier homme veut le dernier homme. Cela n’a cependant pas empêché les différents commentateurs à réfléchir sur des pistes afin de surmonter cet être méprisable qui met en péril l’existence conçue au sens actif du terme. En passant par des penseurs tels que Karl Jaspers, Gilles Deleuze, Benoît Goetz, Francis Fukuyama ou Dorian Astor, personne ne s’est aperçu que se « précipiter sur des solutions » signifiait a priori que nous faisions fausse route quant à notre discernement sur le dernier homme contemporain. Nous démontrerons au fil de cette recherche que le dernier homme, personnage conceptuel, est une figure sociétale en mouvement. Bien qu’il clame (en nihiliste) être « arrivé à destination », il sera établi que le dernier homme n’est jamais et ne saurait être homéostatique. En conséquence, nous établirons que préalablement à toutes propositions visant à surmonter ce complexe personnage est indispensable, non pas une étude des caractéristiques du dernier homme, mais bien une étude généalogique permettant de témoigner des mouvements ayant permis de catapulter le troupeau de la morale de l’esclave toujours plus près du dernier homme contemporain. Ainsi, pour mieux connaître ce dernier homme et diminuer la marge d’erreur quant aux différentes pistes pour le surmonter, nous devons d’abord généalogiquement nous interroger : d’où provient-il, qui est-il, pour ultimement en venir à où tente-t-il de se diriger?fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Marc-Antoine Dubéfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectDernier hommefr
dc.subjectGénéalogiefr
dc.subjectNietzschefr
dc.subjectDeleuzefr
dc.subjectPhilosophiefr
dc.subjectNihilismefr
dc.titleLe dernier homme : une généalogie contemporainefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplinePhilosophie et éthiquefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Marc-Antoine Dubé
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Marc-Antoine Dubé