Show simple document record

dc.contributor.advisorOlivier, Marc-J.
dc.contributor.authorGirouard-Desautels, Davidfr
dc.date.accessioned2017-10-16T13:50:31Z
dc.date.available2017-10-16T13:50:31Z
dc.date.created2017fr
dc.date.issued2017-10-16
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/11337
dc.description.abstractLes matières organiques doivent être bannies des lieux d’enfouissement technique après l’an 2020, selon la quatrième stratégie du plan d’action de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles. À cet effet, les villes et municipalités greffent des actions à leur plan de gestion des matières résiduelles orientant vers le recyclage des biosolides municipaux selon des méthodes efficaces, notamment la granulation des biosolides. L’essai a donc comme principal objectif d’évaluer la pertinence d’implanter un procédé de granulation des matières organiques dans un contexte québécois. Pour ce faire, trois objectifs secondaires sont mis de l’avant pour répondre à l’objectif premier. D’abord, effectuer une revue de littérature sur les technologies de granulation et sur l’utilisation des granules au Québec et ailleurs dans le monde. Ensuite, étudier les différents marchés des granules et finalement, effectuer l’analyse des marchés selon les fondements du développement durable. Plusieurs marchés potentiels pourraient bénéficier du recyclage des biosolides granulés. Certains sont déjà exploités au Québec, comme l’agriculture, le compost et la production énergétique, alors que d’autres sont en devenir, dont la mise en marché, comme un engrais, destiné au public, la sylviculture, l’horticulture et les terreaux. Une analyse qualitative dévoile les points forts et faibles de chacun de ces marchés. L’analyse des résultats mène à l’évaluation de la pertinence de développer ou non chacun des marchés. Dans le contexte actuel, l’agriculture et la sylviculture sont les filières les plus efficaces pour le recyclage des granules. Elles occasionnent une plus grande facilité de mise en place, l’agriculture étant un marché partiellement exploité depuis plusieurs années. Pour que les autres marchés soient pertinents, il faut un changement de vision des générateurs afin qu’ils perçoivent leurs biosolides granulés comme un produit à valeur ajoutée et non un déchet. Une plus grande implication de leur part permettrait d’établir un plan de mise en marché et ainsi, récolter un revenu de leur produit. Les recommandations générales découlant de l’analyse sont : prioriser les marchés qui ne demandent pas d’investissements importants, certifier les granules par le BNQ, impliquer les villes dans le processus de mise en valeur de leur produit, réviser les apports annuels permis en phosphore, réaliser des essais pratiques de fertilisation sur différentes cultures en impliquant différents acteurs (gouvernements, villes, etc.) et revoir les systèmes de stockage de granules aux usines.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© David Girouard-Desautelsfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectMatières résiduelles fertilisantesfr
dc.subjectRecyclagefr
dc.subjectGranulationfr
dc.subjectBiosolides municipauxfr
dc.subjectContexte québécoisfr
dc.subjectMarchés potentielsfr
dc.subjectGranulesfr
dc.titlePertinence des modes de gestion des biosolides municipaux granulés dans un contexte québécoisfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© David Girouard-Desautels
Except where otherwise noted, this document's license is described as © David Girouard-Desautels