Show simple document record

dc.contributor.advisorMorin, David
dc.contributor.authorSt-Arnaud, Pier-Olivierfr
dc.date.accessioned2014-03-25T14:23:38Z
dc.date.available2014-03-25T14:23:38Z
dc.date.created2014fr
dc.date.issued2014fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/112
dc.description.abstractAlors qu’un nombre grandissant d’acteurs font leur entrée dans le domaine spatial et que leurs intérêts pour l’espace extra-atmosphérique augmentent, ils doivent faire face à des problèmes de plus en plus nombreux, dont celui des détritus orbitaux, cette masse de déchets créée par l’humain qui prend place dans les orbites terrestres. Posant un réel danger pour les futurs vols habités vers l’espace, menaçant du même coup l’exploration spatiale et la présence de l’humain dans l’espace, cette problématique suscite également l’inquiétude sur Terre quant aux retombés dans l’atmosphère. Elle prend d’autant plus d’ampleur lorsque l’on se questionne sur un aspect fondamental, mais toujours sans réponse, du domaine spatial : la gouvernance de l’espace extra-atmosphérique. La question générale de recherche qui guide ce mémoire est donc : « Quelle gouvernance pour l’espace extra-atmosphérique? ». Ce mémoire analyse la gouvernance de l’espace extra-atmosphérique à partir d’un triple questionnement : Qui en sont les acteurs? Quels sont leurs intérêts? Et enfin, comment l’espace extra-atmosphérique est-il gouverné? Les réponses à ces questions mettent en lumière une confrontation entre deux approches théoriques des relations internationales. En effet, les caractéristiques spécifiques de l’action humaine dans cet environnement amènent la perspective réaliste et la perspective libérale à différer quant à savoir de quel type de gouvernance il est question. Alors que la première prône l’action individuelle et les intérêts nationaux comme force motrice pour solutionner la problématique des détritus orbitaux, la seconde, quant à elle, préconise la mise en place de structures et de normes collectives insistant sur l’émergence des intérêts communs. Au final, une mise en commun des réponses à ces interrogations amènera le lecteur vers une discussion en lien avec la problématique des détritus orbitaux et leur gestion. À la conclusion de ce mémoire, nous constaterons la présence d’une multitude de structures de coopération et la mise en place de règles et de normes dans un système autrefois anarchique et individuel. C’est donc dire que la perspective libérale prend de plus en plus d’ampleur en tant que type de gouvernance de l’espace extra-atmosphérique.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Pier-Olivier St-Arnaudfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectEspace extra-atmosphériquefr
dc.subjectDétritus orbitauxfr
dc.subjectGouvernancefr
dc.titleLa gouvernance de l’espace extra-atmosphérique : le cas des détritus orbitauxfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplinePolitiquefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Pier-Olivier St-Arnaud
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Pier-Olivier St-Arnaud