Show simple document record

dc.contributor.advisorBeaulieu, Jean-François
dc.contributor.advisorVachon, Pierre
dc.contributor.authorBoutin, Arianefr
dc.date.accessioned2017-09-25T14:00:06Z
dc.date.available2017-09-25T14:00:06Z
dc.date.created2017fr
dc.date.issued2017-09-25
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/11273
dc.description.abstractLes intégrines sont les principaux récepteurs d'adhésion des cellules à la matrice extracellulaire. La perturbation de cette adhésion induit l’anoïkose (mort par détachement). Les intégrines suppriment donc l’anoïkose en adhérant à la matrice extracellulaire. Dans l'intestin, l'intégrine α2β1 est exprimée dans les cryptes (cellules indifférenciées). Nous avons démontré précédemment que le fait de bloquer l’intégrine α2β1 à l’aide d’anticorps bloquants dirigés contre celle-ci induisait la mort cellulaire chez les entérocytes indifférenciés et différenciés. Cependant, il n’avait pas été déterminé par quelles voies de signalisation cette intégrine transmettait ses signaux de survie ou quelle était son implication dans la survie des cellules carcinomateuses de côlon. L’hypothèse de la présente étude est donc que l’intégrine α2β1 contribue à la suppression de l’anoïkose entérocytaire humaine. Le premier objectif pour y répondre était de confirmer le rôle de l’intégrine α2β1 dans la suppression de l’anoïkose chez les cellules absorbantes indifférenciées. Ainsi, nous avons vérifié l’impact de l’invalidation d’α2 sur la survie cellulaire, puis nous avons analysé la signalisation affectée dans ces conditions, soient les voies majeures de la survie cellulaire, les voies PI3K/Akt et MAPK/ERK. Le second objectif était d’analyser le rôle de l’intégrine α2β1 dans la résistance à l’anoïkose exhibée par les cellules carcinomateuses de côlon humain, puisque cette caractéristique contribue à leur capacité à former des métastases. Dans ce cas-ci, nous avons vérifié l’impact de son atténuation sur la résistance à l’anoïkose et évalué son rôle dans la survie de deux modèles cellulaires exhibant une résistance à cette mort cellulaire par leur activation des mêmes voies que chez les entérocytes indifférenciés. Nos résultats indiquent que chez les cellules entérocytaires indifférenciées, la contribution d’α2β1 à la suppression de l’anoïkose pourrait dépendre de son niveau d’expression et de la compensation par d’autres intégrines telle qu’α5β1. De plus, elle communiquerait ces signaux de survie en stimulant l’activation de la voie MAPK/ERK. Par contre, chez les cellules carcinomateuses de côlon, α2β1 ne semble pas jouer de rôle majeur dans la suppression de l’anoïkose entérocytaire humaine et son rôle dans la signalisation de survie demeure incertain.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Ariane Boutinfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 2.5 Canada*
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc/2.5/ca/*
dc.subjectIntégrinesfr
dc.subjectAnoïkosefr
dc.subjectApoptosefr
dc.subjectSurviefr
dc.subjectPI3Kfr
dc.subjectERKfr
dc.subjectCancerfr
dc.subjectCôlonfr
dc.titleRôles de l’intégrine α2β1 dans la survie des cellules entérocytaires humainesfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineBiologie cellulairefr
tme.degree.grantorFaculté de médecine et des sciences de la santéfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Ariane Boutin
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Ariane Boutin