Show simple document record

dc.contributor.advisorBoccanfuso, Dorothée
dc.contributor.advisorLehrer, Kim
dc.contributor.authorLevasseur-Laberge, Cédricfr
dc.date.accessioned2017-09-21T13:38:03Z
dc.date.available2017-09-21T13:38:03Z
dc.date.created2017fr
dc.date.issued2017-09-21
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/11267
dc.description.abstractLa prémisse de la rationalité décisionnelle des agents, généralement définie comme la « prise de décision optimale sous l’information disponible », occupe une place centrale dans la théorie économique, à tel point que, lorsque la rationalité décisionnelle passe à la loupe, c’est souvent l’ensemble de la science économique qui l’est à sa suite. Pourtant, le quotidien abonde de cas ne se conformant pas à une certaine définition de l’optimalité; pour des décisions de faibles enjeux, les agents économiques pourront couper court à leur réflexion et se contenter d’une décision potentiellement sous-optimale afin de minimiser le coût de la prise de décision. Or, avec l’ubiquité d’Internet, l’information et la puissance de calcul sont plus disponibles que jamais, à tel point où le tri de l’information dans la surabondance d’Internet constitue une nouvelle forme de coût de décision. Ce mémoire s’intéresse donc à deux questions concernant la prise de décision avec échéances; la première est: à quels types de décisions, en fonction de la taille de leur enjeu, les agents économiques consacreront-ils le plus de temps de réflexion? La seconde est: à quels types d’informations les agents se fient-ils le plus? Essentiellement, nous testons si les individus optimisent l’effort qu’ils mettent à optimiser . Nous utilisons une méthodologie expérimentale basée sur un jeu-questionnaire, avec incitatifs financiers à la performance, simulant différentes décisions à caractère économique auxquelles des personnes sont appelées à être exposées au cours de leur vie. Comme résultats, nous trouvons une relation concave entre la taille de l’enjeu sur lequel porte une décision et les ressources allouées à la décision. Cette relation s’estompe lorsque les contraintes de temps se resserrent. Nous tentons également de vérifier s’il existe un lien entre et le choix de sources d’informations à des fins de décision et la familiarité de celles-ci pour l’agent, mais ne trouvons pas de relation significative. De plus, nous ne parvenons pas à établir de relation entre le temps consacré à prendre une décision et l’optimalité de celle-ci.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Cédric Levasseur-Labergefr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectBounded rationalityfr
dc.subjectBehavioral economicsfr
dc.subjectDecision makingfr
dc.subjectInformation selectionfr
dc.subjectConsumer behaviorfr
dc.subjectInternet searchfr
dc.titleLe Lagrangien à l'épicerie : comparaison des résultats théoriques et empiriques du rendement de l'information sur Internet dans une perspective d'économie comportementalefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineÉconomiquefr
tme.degree.grantorÉcole de gestionfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Cédric Levasseur-Laberge
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Cédric Levasseur-Laberge