Show simple document record

dc.contributor.advisorDunberry, Gilles
dc.contributor.authorMessier, Louise
dc.date.accessioned2017-09-08T13:55:31Z
dc.date.available2017-09-08T13:55:31Z
dc.date.created1991
dc.date.issued1991
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/11163
dc.description.abstractDans le contexte de la "désinstitutionnalisation" des patients psychiatriques et de la pauvreté des ressources financières et communautaires allouées à ce programme, la famille se retrouve bien souvent avec l'entière responsabilité de prendre soin de son parent malade. Face à ces changements socio-politiques, les intervenants sociaux et du milieu de la santé s'intéressent à venir en aide aux familles aux prises avec un malade schizophrène. Dans les années 1950, une recherche de Brown et collaborateurs établit une relation entre le climat familial et l'évolution de la schizophrénie. Cette étude incite d'autres chercheurs dont J. P. Leff, J. R. H. Falloon et Carol Anderson à élaborer un nouveau type d'interventions familiales, appelées psycho-éducationnelles. La présente revue de littérature porte sur cette nouvelle approche psychosociale dans le traitement à long terme de la schizophrénie. Cette approche est connue sous le nom d'approche "psycho-éducationnelle". Les recherches britanniques et américaines de J. P. Leff, J. R. H. Falloon et Carol Andersen ont déjà été publiées sur ce sujet. De plus, une étude québécoise de Dr Pierre Lalonde s'est également intéressée à cette nouvelle approche. M. J. Goldstein et collaborateurs publient en 1978 le premier ouvrage portant sur l'efficacité d'un programme d'interventions familiales psycho-éducationnelles. Puis, en septembre 1985, J. R. H. Falloon et collaborateurs exposent leur article comparant l'approche psycho-éducationnelle à l'approche individuelle traditionnelle. Carol Anderson et collaborateurs publient en 1986 les résultats d'une recherche visant à déterminer les effets de l'intervention individuelle et de l'intervention familiale psycho-éducative sur l'évolution de la schizophrénie. Toutes ces recherches adoptent un devis expérimental qui comprend un groupe-contrôle ne bénéficiant d'aucun programme d'intervention familiale. Chacune insiste sur la possiblité d'une cause biologique à la schizophrénie et sur l'impact négatif du stress sur le fonctionnement du patient et de sa famille. L'étude québécoise de Dr Pierre Lalonde et collaborateurs, en 1990, se distingue des recherches précédentes puisqu'il s'agit d'une recherche exploratoire et non de type expérimental. Elle adopte toutefois l'hypothèse d'une cause biologique à la schizophrénie et de l'importance du stress négatif sur le patient. Ce modèle d'intervention se caractérise par son approche pragmatique. Elle vise à diminuer les rechutes des patients, réduire le stress vécu par les patients et leur famille, apprendre à la famille comment intervenir en période de crise. Le programme d'intervention vise à atteindre ces objectifs par le moyen de séances d'éducation qui concernent la nature, l'évolution, le traitement de la schizophrénie et les stratégies de réduction de stress. Ce programme éducatif s'avère spécifique à l'approche psycho-éducationnelle. Toutefois, cette approche emprunte diverses techniques élaborées par la thérapie behaviorale et la thérapie brève dans les interventions subséquentes à la phase éducative. Aussi, l'intervention psycho-éducative insiste sur l'importance de la prise régulière de la médication qui, combinée à l'intervention auprès des familles, apporte une double protection contre la rechute.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Louise Messier
dc.titleL'approche psycho-éducationnelle dans le traitement de la schizophrénie
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineTravail social
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humaines
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Sc.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record