Show simple document record

dc.contributor.advisorLacey, Jay
dc.contributor.advisorLeconte, Robert
dc.contributor.authorBleau, Daniel Alexandrefr
dc.date.accessioned2017-09-01T17:27:39Z
dc.date.available2017-09-01T17:27:39Z
dc.date.created2017fr
dc.date.issued2017-09-01
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/11093
dc.description.abstractLa présente génération sera confrontée à des changements climatiques importants et nous devrons vivre avec leurs impacts sur les phénomènes naturels, dont les régimes d’écoulement en rivière ainsi que le cycle de la glace fluviale. Ces impacts vont à leur tour engendrer d’autres conséquences sur les cours d’eau, comme les modifications à la géomorphologie des rivières et les impacts sur les patrons de sédimentation et d’érosion des cours d’eau. Dans ce contexte, deux biefs de la rivière Stoke, un cours d’eau a lit de gravier, situés respectivement au rang 11 et au rang 12 de la ville de Stoke, Québec, Canada ont fait l’objet d’une étude, dont le but était de quantifier le transport de sédiments causé par le cycle de la glace fluviale, en utilisant des marqueurs passifs (PIT) qui ont été insérés dans des grains, ou sédiments, aux deux biefs. Afin de suivre le déplacement de ces marqueurs, des antennes fixes ont été mises en place dans le lit de la rivière et ont été connectées à un système d’acquisition de données à chaque site. En complément, des relevés ont été effectués avec une antenne mobile afin de permettre un suivi plus précis des déplacements des marqueurs. La complémentarité de ces deux méthodes de détection a permis d’effectuer le suivi des marqueurs malgré les conditions difficiles de suivi lors de la période hivernale et lors de la crue printanière, période souvent trop hasardeuse due au mouvement de la glace pour permettre des relevés. Les antennes fixes ont permis de relever les temps de passage des marqueurs au niveau des antennes. Une fois la crue passée, les relevés avec l’antenne fixe ont permis d’enregistrer précisément la position des marqueurs et quantifier leurs déplacements. Une caméra à prise de vue à intervalles a été mise en place à chaque site afin de suivre les conditions de surface de chaque tronçon et de permettre de faire de lien entre les déplacements et les conditions hydrauliques. Le projet a permis de déterminer que la période la plus influente du transport de sédiment, soit celle où le plus de déplacements de grains ont été observés, est lors de la crue printanière, puisque le cisaillement au lit est à son niveau le plus élevé. Cette situation est exacerbée du fait de la présence de la glace, puisque celle-ci vient augmenter les niveaux d’eau en augmentant le rayon hydraulique, ce qui amplifie une fois de plus le cisaillement au lit. De plus, la glace vient mécaniquement, une fois morcelée dans l’écoulement, déplacer des grains par contact direct avec ceux-ci.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Daniel Alexandre Bleaufr
dc.subjectGlace fluvialefr
dc.subjectTransport de sédimentfr
dc.subjectPITfr
dc.subjectLit de gravierfr
dc.subjectAntennes fixesfr
dc.subjectAntenne mobilefr
dc.titleTransport de sédiments en rivière graveleuse affectée par des couverts de glacefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineGénie civilfr
tme.degree.grantorFaculté de géniefr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc. A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record