Show simple document record

dc.contributor.advisorBellemare, Guy
dc.contributor.advisorCoggins, Frank
dc.contributor.authorGirard, Philippefr
dc.date.accessioned2017-08-18T13:00:06Z
dc.date.available2017-08-18T13:00:06Z
dc.date.created2017fr
dc.date.issued2017-08-18
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/11068
dc.description.abstractCe mémoire a pour objectif de bonifier les connaissances quant à la prévision de la prime de risque du marché des actions au Canada. La méthodologie présentée s’appuie sur l’hypothèse que les variables, permettant de prévoir la prime de risque, caractérisent la conjoncture économique et sont définies comme des variables d’état dans le modèle de Merton (1973). Les deux modèles de prévision utilisés peuvent être différenciés par leur caractère univarié et multivarié. Le second modèle fait usage de l’analyse en composantes principales afin de créer des facteurs capturant la majeure partie de la covariance des groupes de variables. On identifie trois groupes de variables spécifiques; ces groupes se distinguent par leur caractère macroéconomique, technique ou leur lien avec le sentiment du marché. Une innovation est présentée dans la création de cinq séries de données mensuelles afin de refléter le sentiment du marché des actions canadiennes. Une approche globale est employée dans le but de prévoir la prime de risque mensuelle du S&P/TSX, puis une approche segmentée répète le même processus pour dix secteurs d’activités. Pour chacune de ces deux approches, une série de tests hors échantillon, « out of sample » en anglais est étudiée. Le pouvoir de prévision de la prime de risque des groupes de variables est alors testé en contexte de récession et de période d’expansion. Finalement, le gain d’utilité des modèles est calculé à l’aide d’une simulation de l’allocation d’un portefeuille en fonction des prévisions préétablies. De façon globale, bien que plus d’indicateurs techniques soient statistiquement significatifs, les variables macroéconomiques semblent mieux performer dans la prévision de la prime de risque du Canada sur la période observée. Le ratio dividende-prix, le ratio de distribution des bénéfices et une prime de crédit semblent dominer les autres variables. L’utilisation d’indicateurs techniques est particulièrement intéressante lors de la prévision sectorielle, le momentum sur douze mois se distinguant de façon notable.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Philippe Girardfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.5/ca/*
dc.subjectPrime de risquefr
dc.subjectS&P/TSXfr
dc.subjectIndicateurs techniquesfr
dc.subjectVariables fondamentalesfr
dc.titlePrévision de la prime de risque au Canadafr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineFinancefr
tme.degree.grantorÉcole de gestionfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Philippe Girard
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Philippe Girard