Show simple document record

dc.contributor.advisorLefrançois, Richard
dc.contributor.authorLacasse, Mireille
dc.date.accessioned2017-07-24T17:47:35Z
dc.date.available2017-07-24T17:47:35Z
dc.date.created1995
dc.date.issued1995
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/10941
dc.description.abstractPour répondre aux attentes des personnes âgées institutionnalisées en soins de longue durée, l'intervenant éprouve le besoin d'être considéré comme un être global, c'est-à-dire bio-psycho-social. Ces trois dimensions doivent être prises en compte par les dirigeants des établissements de santé sinon l'intervenant risque de ne plus être disponible sur le plan psychologique et ne peut plus maintenir sa relation d'aide avec l'usager. Compte tenu de ses conditions de travail, le soignant ne risque-t-il pas à la longue de subir un stress difficile à gérer entraînant l'insatisfaction dont le soigné peut être la victime? Pris dans l'engrenage du quotidien, l'intervenant en soins infirmiers dispose de peu de temps pour identifier ce qui influence favorablement ou défavorablement sa pratique de soignant. Peu de moyens d'aide à date ont été développés et expérimentés scientifiquement pour en prouver leur efficacité. L'auteure de cette recherche propose un moyen simple destiné aux soignants d'une unité de gériatrie pour prévenir et apprendre à gérer leur stress au quotidien, au sein de leur service de soins et pour comprendre que pour prendre soin de l'autre il faut aussi prendre soin de soi et de son bien-être. Un programme de formation en gestion des contraintes peut-il contribuer à diminuer le stress et augmenter la satisfaction au travail? C'est la question que pose cette recherche. Cette étude désire mieux documenter ces aspects en essayant de connaître si le stress a diminué et si la satisfaction a augmenté de façon significative après l'exposition au programme de formation en gestion des contraintes. Elle vérifie également s'il y a un lien significatif entre le stress et la satisfaction. L'échantillon se compose de seize soignants travaillant dans une même unité de soins gériatriques. Le stress est mesuré d'après les résultats au test du profil du stress au travail de Kiew et Kohn et la satisfaction par l'échelle d'insatisfaction au travail de Arsenault et Dolan. Le test ANOVA de Friedman indique que le stress a diminué de manière significative à un niveau de probabilité de 0,028 suite à l'application du programme. Cependant, la satisfaction, vérifiée par le même test, n'a pas augmentée de façon significative. Les tests faisant appel à des sous-groupes se sont avérés peu pertinents dans cette étude dû principalement à la petite taille de l'échantillon. L'effet des variables contrôles, dont les traits de la personnalité et le stress de la vie privée, n'ont pu être mis en évidence de façon concluante. Toutefois, on peut constater certaines tendances concernant leurs influences. Par ailleurs, l'analyse qualitative montre l'importance accordée au programme par les sujets et témoigne de leurs efforts soutenus visant à intégrer leurs acquis par la pratique dans le milieu de travail et le milieu de vie en général et la majorité des participants dit être très satisfaite.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Mireille Lacasse
dc.titleL'impact d'un programme de formation en gestion des contraintes dans une unité de soins gériatriques
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineGérontologie
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humaines
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM.A.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record