Show simple document record

dc.contributor.advisor[non identifié]
dc.contributor.authorHarvey, Monique
dc.date.accessioned2017-07-24T17:44:42Z
dc.date.available2017-07-24T17:44:42Z
dc.date.created1995
dc.date.issued1995
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/10918
dc.description.abstractProblématique : L'évaluation de l'état fonctionnel chez les personnes âgées représente un champ d'investigation intéressant et de plus en plus nécessaire à qui veut détecter les diminutions subtiles de la perte d'autonomie. Osness et al. ont conçu une batterie de tests physiques visant à mesurer la capacité fonctionnelle de l'individu à satisfaire de manière sécuritaire et le plus efficacement possible aux exigences régulières ou imprévues de la vie quotidienne. Cependant, la relation entre la performance aux différents paramètres physiques suggérés par Osness et le niveau d'activité fonctionnelle (NAF) n'a jamais été démontrée. Méthodologie ; La relation entre la capacité fonctionnelle -telle que mesurée par les paramètres physiques d'Osness (1987)- et le niveau d'activité fonctionnelle -tel qu'obtenu avec le FAI- est évaluée sur un échantillon constitué de 66 sujets âgés de 50 à 80 ans (44 femmes et 22 hommes), autonomes et vivant à domicile (âge moyen = 65 ans). Résultats : 1- Des différences entre les hommes et les femmes sont observées quant aux paramètres physiques ; la flexibilité est plus grande chez les femmes (p = 0,01), tandis que chez les hommes, la force et l'endurance cardiorespiratoire sont plus élevées (p = 0,03 à 0,0001). 2- Il y a aussi une différence entre les hommes et les femmes, en ce qui concerne le NAF global : parmi les sujets composant l'échantillon, les femmes ont un NAF plus élevé que les hommes (p = 0,01). 3- La relation entre le NAF et les paramètres d'Osness n'a pas été démontrée. Les seules relations observées sont celles que l'on obtient avec les deux sous-échelles du NAF et les paramètres physiques suivants : la flexibilité par rapport aux activités domestiques pour l'ensemble des sujets et la coordination par rapport aux activités extérieures chez les femmes. 4- Les variables qui expliquent le mieux le modèle de prédiction du NAF pour l'ensemble de l'échantillon sont: la flexibilité, la coordination, la santé auto-perçue et l'agilité. Toutes ces variables expliquent 22% de la variance. Chez les femmes, seul le niveau de santé auto-perçue constitue une variable déterminante (10%). Aucune variable n'a été significative pour prédire le NAF chez les hommes. Conclusion : Les résultats observés montrent qu'il n'y a pas de relation entre le NAF et les paramètres de la capacité fonctionnelle, et ce, aussi bien chez les hommes que chez les femmes et indépendamment des différents groupes d'âges. Cette absence de relation pourrait-être principalement due au fait que les éléments du NAF qui ont été retenus sont indépendants du niveau de performance quant à la capacité fonctionnelle. L'ajout d'éléments impliquant un engagement physique plus régulier et plus intense dans l'évaluation du NAF devrait dorénavant être considéré dans l'étude de cette relation, et ce, avec une population ayant un haut niveau d'indépendance.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Monique Harvey
dc.titleLa relation entre le niveau d'activité fonctionnelle et les paramètres physiques de la capacité fonctionnelle chez des personnes autonomes âgées de 50 ans et plus
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineGérontologie
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humaines
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM.A.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record