Show simple document record

dc.contributor.advisor[non identifié]
dc.contributor.authorLevasseur, Jude
dc.date.accessioned2017-07-24T16:31:01Z
dc.date.available2017-07-24T16:31:01Z
dc.date.created1996
dc.date.issued1996
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/10893
dc.description.abstractCe projet de recherche a été élaboré en vue de relever les fausses conceptions de la tension électrique chez les élèves du premier niveau collégial suite à une session d'études dans le cadre des nouveaux programmes de Technologie du génie électrique. La recherche a utilisé un questionnaire écrit d'une douzaine de questions et sous-questions dont la plupart consistaient en des circuits simples composés de piles, lampes et interrupteurs. On demandait aux répondants de s'exprimer sur la brillance des lampes et sur les différences de potentiel. Une question concernait cependant une situation d'électrostatique qui nous a permis de comparer certains résultats avec d'autres recherches semblables. Suite à une validation par les enseignants d'un collège, le questionnaire a été soumis à 56 de leurs élèves. Les répondants étaient tous volontaires. Les réponses des élèves ont été regroupées par catégories. L'analyse, de type qualitatif, consistait essentiellement à inférer des fausses conceptions à partir du discours écrit des répondants. Les fausses conceptions qui ont davantage ressorti concernent l'absence de la notion de différence (tension d'un point par rapport à un autre) propre au concept de tension. Pour la plupart des répondants, la tension semble être définie en un seul point. Un bon nombre de fausses conceptions ont été constatées par rapport aux bornes positive et négative des piles. Une confusion entre les concepts de tension et de courant s'est aussi manifestée. Nous avons également décelé une fausse conception assez originale que nous avons nommée confusion tension-poids: le branchement d'une pile ajouterait de la tension aux nœuds d'une façon similaire à un poids que l'on dépose. À l'instar de certaines recherches, nous avons aussi constaté une très forte adhésion à la fausse conception concernant la substantialisation de la tension. Cette difficulté à l'abstraction pourrait être sous-jacente à la plupart des autres fausses conceptions. Finalement, les résultats montrent bien que les fausses conceptions résistent à l'enseignement reçu et qu'elles demeurent à la base du raisonnement des élèves face à une situation nouvelle.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Jude Levasseur
dc.titleLes fausses conceptions de la tension électrique chez les élèves du collégial professionnel
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineSciences de l'éducation
tme.degree.grantorFaculté d'éducation
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM.A.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record