Show simple document record

dc.contributor.advisor[non identifié]
dc.contributor.authorGobeil, Karine
dc.date.accessioned2017-07-21T14:49:43Z
dc.date.available2017-07-21T14:49:43Z
dc.date.created2010
dc.date.issued2010
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/10759
dc.description.abstractRésumé: En raison des valeurs de solidarité et d'équité, la population québécoise a contribué au développement du système de santé tel qu'on le connaît aujourd'hui, soit un système public dont l'accessibilité aux soins de santé est déterminé en fonction des besoins individuels. Cependant, le mode de financement est pointé du doigt lorsque certaines difficultés d'accès aux soins sont rencontrées. Le financement privé est généralement la solution proposée afin de résoudre ces problèmes d'accessibilité. Mis à part trois exceptions, la législation québécoise actuelle prohibe le financement privé en ce qui a trait aux services déjà assurés par le régime public. Est-ce qu'une plus grande ouverture à la privatisation du financement dans le système de santé au Québec constitue une condition gagnante pour améliorer l'accès aux soins médicalement requis? Plusieurs études, expériences et théories entourant la privatisation du financement en santé ont été analysées et une synthèse est présentée dans cet essai. Contrairement aux débats entourant l'avenir du système de santé public, où généralement seul le recours au financement privé est proposé en guise d'issue universelle, des pistes de solution touchant l'organisation des services sont présentées. Ces propositions permettraient d'améliorer l'accessibilité des citoyens aux services de santé tout en conservant les acquis actuels, soit un système de santé public accessible à tous, sans égard à la situation financière.||Abstract: Due to strong values of solidarity and equity between its citizens, the Quebec population contributed to the development of a healthcare system that guarantees, relative to individual needs, access to the services they require. Recently, the financing method is being criticised when difficulties are encountered. In order to solve those problems, a financial privatization is often the proposed solution. Other than three exceptions, the current healthcare legislation forbids the private financing of services already covered by the public system. Will the increased participation of the private financing of the Quebec public system be the winning solution to improve access to required medical treatment? Several studies, research and theories related to the privatization of the financing of the system were analyzed and are provided in the form of a summary in his essay. Contrary to the current debates about the future of the public health system, where the use of private funds is generally the universal response, some possible solutions regarding the organization of the services are being put forth. These propositions would improve accessibility to the public while safekeeping the established social benefits where the public health system is available to all without taking into consideration their financial situation.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Karine Gobeil
dc.subjectSystème de santé au Québec
dc.subjectPrivatisation du financement
dc.subjectSystème public
dc.subjectAméliorations--Accessibilité aux soins de santé
dc.subjectBesoins individuels
dc.subjectLégislation québécoise
dc.subjectOrganisation des services de santé public
dc.titleLa privatisation du financement dans le système de santé au Québec : une condition pour améliorer l'accès aux soins médicalement requis?
dc.typeEssai
tme.degree.disciplineDroit et politiques de la santé
tme.degree.grantorFaculté de droit
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameLL. M.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record