Show simple document record

dc.contributor.advisorDe Ladurantaye, Réjean
dc.contributor.authorDemanche, Anniefr
dc.date.accessioned2017-07-07T13:11:54Z
dc.date.available2017-07-07T13:11:54Z
dc.date.created2017fr
dc.date.issued2017-07-07
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/10631
dc.description.abstractLe fleuve Amazone est le deuxième plus long fleuve au monde et répond aux besoins essentiels de millions de personnes à travers plusieurs pays. L’objectif de cet essai est de déterminer quelles sont les activités qui mettent en péril le maintien de la qualité de l’eau et ainsi de proposer des façons de diminuer les effets néfastes de celles-ci. Les principales activités responsables de la pollution du fleuve Amazone, et qui peuvent mettre en péril la pérennité des biens et services rendus, sont celles des industries minière, pétrolière et agroalimentaire ainsi que la surpêche, le transport et les barrages hydroélectriques. Que ce soit par des déversements accidentels de contaminants ou encore par le bris de la connectivité hydrologique empêchant l’inondation des plaines, les activités anthropiques viennent modifier les comportements naturels des écosystèmes, mettant en péril leur survie. Les populations voient déjà plusieurs conséquences de cette pollution sur leur environnement ainsi que sur leur santé. L’analyse des acteurs responsables de la gestion de l’eau et de la législation entourant les différentes activités a permis de réaliser que les programmes et les lois en place prônent la protection des milieux hydriques. Cependant, un manque de contrôle et une insuffisante éducation de la population expliquent les multiples comportements non conformes. Ainsi, les recommandations générales proposées s’axent autour d’une application plus stricte de la loi et d’une éducation de la population dans le but de favoriser la volonté de conservation et la compréhension de la législation en place. Des recommandations spécifiques par secteurs d’activité sont également énoncées. La recherche et le développement sont encouragés afin de comprendre davantage les effets néfastes des activités ciblées, et ainsi d’élaborer des méthodes et des pratiques permettant de restreindre ces répercussions. L’instauration de mécanismes de taxation favorisant les comportements responsables est également suggérée. Finalement, la mise sur pied d’un centre responsable de la gestion des déversements imprévisibles permettra une meilleure réaction, et donc de moins grands dégâts lors de catastrophes.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Annie Demanchefr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectFleuve Amazonefr
dc.subjectBassin versant amazonienfr
dc.subjectPollution de l’eaufr
dc.subjectGestion des ressources hydriquesfr
dc.subjectBiens et services écosystémiques rendusfr
dc.subjectPollution minièrefr
dc.subjectPollution pétrolièrefr
dc.subjectPollution agroalimentairefr
dc.subjectSurpêchefr
dc.subjectBarrages hydroélectriquesfr
dc.titleIncohérences dans la gestion des ressources hydriques du fleuve Amazone : des utilisations qui dégradent sa qualité aux effets sur les biens et services écosystémiques rendusfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Annie Demanche
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Annie Demanche