Show simple document record

dc.contributor.advisorJutras, France
dc.contributor.advisorPellerin, Lyne
dc.contributor.authorBarbeau Brunelle, Émiliefr
dc.date.accessioned2017-07-04T13:19:35Z
dc.date.available2017-07-04T13:19:35Z
dc.date.created2017fr
dc.date.issued2017-07-04
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/10622
dc.description.abstractLa difficulté des élèves du Québec à respecter les normes langagières dans le contexte de réalisation d’une production écrite a été documentée par de nombreuses recherches depuis près de 30 ans (Bureau, 1985; CSÉ, 1987; Groupe DIEPE, 1995; Larose, Corbeil, Bouchard, Cajolet-Laganière, Éthier, Lemay, Lopez-Therrien, Péan, Richards, Sarrazin, Travis, 2001; Lord, 2012; Gouvernement du Québec, 1986, 2007; Vincent, 2014). Plusieurs chercheuses et chercheurs se sont penchés sur les pratiques d’enseignement de la grammaire en amont de la compétence en grammaire des élèves, principalement sur les pratiques effectives ou déclarées d’enseignement de la grammaire des enseignantes et des enseignants au secondaire. Toutefois, peu de recherches permettent de documenter la vision qu’ont ces enseignantes et ces enseignants de leurs pratiques et les éléments qui influencent leurs choix dans l’enseignement de la grammaire. Le milieu de l’enseignement est également en transition entre deux conceptions de la grammaire : la grammaire traditionnelle et la grammaire rénovée. Les pratiques d’enseignement en grammaire des enseignantes et des enseignants sont elles aussi en transition entre ces deux conceptions (Lord, 2012). Dès lors, il apparait important de s’intéresser au sens que donnent les enseignantes et les enseignants du secondaire à leurs pratiques d’enseignement de la grammaire. Pour ce faire, des entrevues semi-dirigées ont été menées auprès de neuf enseignantes et enseignants au secondaire et les données ont été analysées au moyen d’une analyse thématique pour regrouper les propos des enseignantes et des enseignants selon des thèmes et au sein de rubriques. Les résultats ont permis de dégager les aspects principaux du sens que les enseignantes et les enseignants donnent à leurs pratiques d’enseignement de la grammaire : le français comme matière à enseigner; la prise en compte des besoins des élèves comme base pour l’enseignement de la grammaire; les pratiques d’enseignement de la grammaire; la réflexion sur l’enseignement de la grammaire. Il ressort que, d’abord, les enseignantes et les enseignants vivent des difficultés dans l’enseignement de la grammaire. Ensuite, les pratiques nommées par les enseignantes et les enseignants correspondent en majorité aux pratiques de la grammaire rénovée. Nous concluons que les lacunes et les besoins des élèves sont les plus grands déterminants des choix pédagogiques des enseignantes et des enseignants en grammaire et que plusieurs éléments influencent la perception des enseignantes et des enseignants de leur pratique. Le sens qu’ils attribuent à leurs pratiques d’enseignement de la grammaire dépend de leur conception de la grammaire, de leur sentiment de compétence, de leur perception de l’efficacité de leurs pratiques et de la valeur accordée à cet enseignement par l’institution scolaire et par la société.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Emilie Barbeau Brunellefr
dc.subjectGrammairefr
dc.subjectEnseignement secondairefr
dc.subjectPratiques d'enseignementfr
dc.titleDescription du sens que donnent les enseignantes et les enseignants du secondaire à leurs pratiques d’enseignement de la grammairefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineSciences de l'éducationfr
tme.degree.grantorFaculté d'éducationfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record