Show simple document record

dc.contributor.advisorVilleneuve, Carole
dc.contributor.authorThibault, Carolynfr
dc.date.accessioned2017-06-15T14:10:18Z
dc.date.available2017-06-15T14:10:18Z
dc.date.created2017fr
dc.date.issued2017-06-15
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/10587
dc.description.abstractL’objectif principal de cet essai est de mettre en perspective l’accompagnement en développement durable selon l’approche BNQ 21000. En découle de cet objectif, deux objectifs plus précis soit d’analyser les forces et les limites de cette approche à l’aide d’un cas d’étude et de proposer des pistes de bonification à l’approche existante. Succinctement, l’approche se démarque par son aspect adaptable, pédagogique et transversal. Son approche « étapiste » et son outil diagnostic ressortent comme des points forts de cette démarche. Toutefois, il apparaît que l’approche par son aspect abstrait et complexe rend difficile son application par les organisations. L’absence de certification et les lacunes au niveau de la diffusion de l’approche limitent l’utilisation de BNQ 21000. Une étude de cas a été réalisée afin de démystifier l’application qu’en fait une organisation accompagnatrice en développement durable. La Réserve mondiale de la Biosphère Manicouagan-Uapishka, une organisation qui accompagne les organisations en développement durable, a fait l’objet d’une analyse. Cette étude de cas a fait ressortir que les organisations accompagnatrices doivent adapter l’approche au contexte organisationnel ainsi qu’au contexte du territoire afin d’optimiser l’application de l’approche BNQ 21000. Les modifications qu’a apportées l’organisation étudiée pour bonifier l’approche viennent confirmer les forces et limites de BNQ 21000. Des recommandations ont été proposées pour une future mise-à-jour ou révision de l’approche. Tout d’abord, l’approche doit être accompagnée de leviers pour que les organisations entament la démarche. Elle doit également comprendre deux volets; un menant à une certification et un plutôt axé sur l’apprentissage. L’approche doit également être simplifié et davantage adaptée au contexte des organisations qui sont pour la plupart petite ou moyenne au Québec. Cet essai pose question à savoir si une nouvelle norme en développement durable à sa place sur le marché québécois? Face aux besoins des organisations, aux tendances en accompagnement et à l’abondance de démarches en développement durable sur le plan national et international, il apparaît qu’il n’y a pas un réel besoin pour une nouvelle norme. Toutefois, il n’en demeure pas moins qu’il serait intéressant de développer une façon de reconnaître les efforts des organisations en développement durable sous la forme de certification, d’accréditation ou d’attestation peu importe leur façon de faire pour y arriver.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Carolyn Thibaultfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectDéveloppement durablefr
dc.subjectAccompagnementfr
dc.subjectOrganisationsfr
dc.subjectPetite et moyenne entreprisefr
dc.subjectBNQ 21000fr
dc.subjectDémarchefr
dc.subjectApprochefr
dc.subjectNormefr
dc.subjectAnalysefr
dc.titleL’accompagnement des organisations en développement durable : le cas de l'approche BNQ 21000fr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Carolyn Thibault
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Carolyn Thibault