Show simple document record

dc.contributor.advisorBenie, Goze Bertin
dc.contributor.authorPortelance Jouvert, Laurafr
dc.date.accessioned2017-06-08T14:56:12Z
dc.date.available2017-06-08T14:56:12Z
dc.date.created2017fr
dc.date.issued2017-06-08
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/10573
dc.description.abstractNotre mode de vie est aujourd’hui bien souvent déconnecté du système de production des aliments et change notre rapport à l’alimentation. Le développement des villes et l’étalement urbain contribuent également à l’éloignement des différents services et favorisent une distribution morcelée de l’offre alimentaire à travers le territoire. Les distances à parcourir pour atteindre le commerce alimentaire le plus proche sont plus grandes. L’éloignement des commerces de première nécessité, tel que l’alimentation, fait en sorte que l’utilisation de la voiture est encouragée sur une base quotidienne. Les habitudes de consommation alimentaire sont modelées par divers facteurs environnementaux, notamment la disponibilité des aliments et la proximité géographique des commerces. L’organisation urbaine et le cadre bâti ont une influence importante sur les choix alimentaires. Lorsque le quartier est desservi uniquement par des dépanneurs ou que le supermarché le plus proche est à une grande distance, ceci contribue à l’édification de déserts alimentaires. Le problème est encore plus important lorsque les individus présents dans ces déserts sont défavorisés sur le plan matériel et social et qu’ils n’ont pas les moyens de se déplacer vers les lieux où la distribution alimentaire est de meilleure qualité. Plusieurs études au Québec traitent de l’accessibilité alimentaire, soit en fonction de la distance, de la densité ou de la diversité des commerces. D’autres se concentrent sur certaines caractéristiques socio-économiques, telles que le revenu, l’âge ou le niveau d’éducation, de manière à identifier les groupes d’individus à risque de développer de mauvaises habitudes alimentaires. Toutefois, la majorité des études sur le sujet se concentrent dans les villes de Montréal et de Québec. On retrouve ainsi une grande variété d’analyse dans ces villes et un portrait plus sommaire pour les régions extérieures. C’est dans cette optique qu’il est pertinent d’étudier l’accessibilité alimentaire ailleurs au Québec, dans le but de fournir une diversité d’approche et un portrait plus approfondi. Ceci vise à agrandir notre compréhension de la répartition alimentaire au Québec et ainsi identifier des solutions appropriées à la réalité des différentes villes.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Laura Portelance Jouvertfr
dc.rightsAttribution - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nd/2.5/ca/*
dc.subjectAlimentationfr
dc.subjectDésert alimentairefr
dc.subjectGéomatique de la santéfr
dc.subjectIndice de qualité de l'environnement alimentairefr
dc.titleAnalyse des disparités socio-économiques dans l’accessibilité aux commerces alimentaires : cas de la ville de Sherbrookefr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineGéomatique appliquéefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Laura Portelance Jouvert
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Laura Portelance Jouvert