Show simple document record

dc.contributor.advisorLorrain, Dominique
dc.contributor.advisorHotte, Marie-Josée
dc.contributor.authorCharbonneau,Cristelfr
dc.date.accessioned2017-05-26T14:56:31Z
dc.date.available2017-05-26T14:56:31Z
dc.date.created2017fr
dc.date.issued2017-05-26
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/10551
dc.description.abstractL’accident vasculaire cérébral (AVC) peut entraîner d’importantes séquelles, notamment au niveau cognitif. De plus, il est très fréquent que les victimes d’AVC souffrent de troubles du sommeil. À ce sujet, de nombreuses études ont démontré le rôle crucial du sommeil pour les fonctions cognitives, par exemple au niveau de la consolidation de la mémoire et des capacités attentionnelles. De plus, des chercheurs ont démontré qu’après un AVC, les fonctions cognitives sont améliorées conjointement à l’augmentation de la qualité du sommeil, de la phase aiguë à celle de récupération (Siccoli, Rolli-Baumeler, Achermann, & Bassetti, 2008). Or, ces données concernent des sujets d’âge moyens, ce qui donne peu d’informations sur la population la plus à risque de subir un AVC, soit les personnes âgées. Ainsi, les objectifs du présent projet de recherche sont d’une part de décrire les modifications dans le temps des paramètres de sommeil et de cognition en phase de réadaptation post-AVC chez des personnes âgées, et d’autre part de vérifier la relation entre les modifications de la qualité du sommeil et de la cognition chez ces personnes. Pour ce faire, un groupe de huit sujets âgés, hospitalisé à l’unité de réadaptation fonctionnelle intensive (URFI) du CSSS-IUGS, a participé à l’étude. Leur sommeil et leur cognition ont été évalués à deux temps de mesure : tout d’abord lors de leur admission à l’URFI, en moyenne 14 jours après leur AVC, et ensuite à la fin de leur séjour en réadaptation, en moyenne 33 jours après le premier temps de mesure. Leur sommeil a été évalué à l’aide de l’actigraphie et leur cognition à l’aide d’une batterie de tests neuropsychologiques. Les résultats actigraphiques démontrent tout d’abord que la qualité du sommeil des sujets ne s’est pas améliorée de manière significative dans le temps. Au niveau de la cognition, la mémoire, l’attention, le langage et les fonctions exécutives se sont améliorés de manière significative entre les deux temps de mesure. De plus, les résultats pointent vers une corrélation encore inédite entre l’amélioration de la qualité de sommeil et l’amélioration de la cognition dans le temps, selon la latérisation de l’AVC. En dépit du caractère exploratoire des ces résultats en raison du petit nombre de sujets dans chacun des sous-groupes (AVC gauche et AVC droit), il ressort que : a) chez les sujets ayant subi un AVC droit, plus la diminution des éveils après endormissement est importante du T1 au T2, meilleure est la récupération de la cognition globale, et que b) chez les sujets ayant subi un AVC gauche, plus la diminution des éveils après endormissement est importante du T1 au T2, meilleure est la mémoire épisodique. Ces résultats démontrent l’importance d’un sommeil de qualité dans la récupération cognitive des personnes âgées ayant subi un AVC. Ils démontrent de plus qu’une importante récupération cognitive est possible après un AVC, malgré un âge avancé. Ainsi, il apparaît très pertinent de traiter les troubles du sommeil des patients âgés après un AVC.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Cristel Charbonneaufr
dc.subjectAVCfr
dc.subjectSommeilfr
dc.subjectCognitionfr
dc.titleL’évolution du sommeil et de la cognition à la suite d’un accident vasculaire cérébral chez les personnes âgéesfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineGérontologiefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record