Show simple document record

dc.contributor.advisorFréchette, Yves
dc.contributor.authorJodoin, Tommyfr
dc.date.accessioned2017-05-26T14:38:18Z
dc.date.available2017-05-26T14:38:18Z
dc.date.created2017fr
dc.date.issued2017-05-26
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/10548
dc.description.abstractCet essai a pour but de proposer des recommandations à l’attention d’Hydro-Québec. Ces recommandations servent à bonifier son processus de communication au sein de sa gestion des grands projets. Dans un contexte où les notions de développement durable et d’acceptabilité sociale sont devenues des enjeux incontournables, il est crucial de mettre en place des processus et des outils adéquats afin de répondre à ces nouveaux paradigmes. Donc, il convient de mentionner que les organisations doivent faire évoluer leurs pratiques de communications actuelles dans le but de favoriser l’acceptabilité sociale et le développement de pratiques plus responsables. Elles doivent assumer un rôle clé pour structurer ces nouveaux concepts émergents au sein des pratiques de l’entreprise. D’importantes organisations se sont déjà aventurées à développer des solutions concrètes. On citera ici l’Organisation des Nations Unies ou, plus près de nous, le Conseil patronal pour l’environnement du Québec. Ils ont habilement abordé la question de la communication responsable ainsi que ses implications. Son importance dans la mise en place des principes de durabilité et de la responsabilité sociétaire des entreprises a été faite. Elle est aussi démontrée comme essentielle afin de favoriser le développement et le bien-être des communautés. Du moins, de nombreux défis sont à relever pour les entreprises désireuses d’établir des pratiques durables en matière de communication. On citera ici des phénomènes de résistance populaire, une apathie publique devant les tenants du pouvoir ou encore certaines limitations techniques et financières. Du moins, le rôle des organisations dans la mise en place de ces pratiques demeure crucial. Elles sont les quelques entités à pouvoir relever ces grands défis. Avant d’y parvenir, une révision des processus actuels est nécessaire. Comme solutions concrètes, la structuration d’une matrice de communication responsable est apparue comme le premier jalon d’une rectification de ces enjeux. Il est impératif qu’elle prenne en considération plusieurs points en ce qui concerne la gestion des relations avec les communautés et la gestion de l’acceptabilité sociale. Pour le cas Hydro-Québec, il est suggéré qu’elle bonifie son processus de communication concernant les grands projets au regard des recommandations faites dans le présent texte. Dans l’ensemble, elle doit mettre un accent sur les principes de communications responsables et d’en faire des éléments centraux de ses projets. Ils doivent aussi devenir les éléments centraux sur lesquels se bâtissent les tenants de ses projets, de sa gestion organisationnelle et de sa relation avec les parties prenantes.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Tommy Jodoinfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectHydro-Québecfr
dc.subjectCommunication responsablefr
dc.subjectAcceptabilité socialefr
dc.subjectDéveloppement durablefr
dc.subjectResponsabilité sociétaire des entreprisesfr
dc.titleCommunication responsable et principes connexes : recommandations à Hydro-Québecfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Tommy Jodoin
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Tommy Jodoin