Show simple document record

dc.contributor.advisorGagné, Richard
dc.contributor.authorMorin-Morissette, Pierre-Olivierfr
dc.date.accessioned2017-05-11T17:05:04Z
dc.date.available2017-05-11T17:05:04Z
dc.date.created2017fr
dc.date.issued2017-05-11
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/10503
dc.description.abstractL’écaillage de la surface du béton dû aux sels fondants est un phénomène dont les mécanismes sont relativement peu connus. Plusieurs publications et plusieurs recherches se sont penchées sur cette problématique de durabilité du béton. Encore aujourd’hui, aucune théorie prise individuellement ne permet d’expliquer entièrement les causes de ce phénomène et le rôle protecteur d’un bon réseau de bulle d’air sur les bétons qui sont dans des conditions à risque. À prime à bord, les tests sous leur forme actuelle, peuvent sembler moins bien adaptés lorsque l’utilisation de liant ternaire est préférée au liant avec seulement du ciment Portland. Cette recherche s'intéresse donc à valider la sévérité du test d’écaillage BNQ 2621-905 lorsqu’on utilise des liants ternaires. Ce projet se penche également sur l’effet du type et la durée de la cure, du type de superplastifiant utilisé, de la variation du L ̅ et de l’utilisation d’un granulat marginal sur les résistances à l’écaillage des bétons avec liant ternaire. Les travaux réalisés dans le cadre de ce projet démontrent qu’il est possible d’avoir des résultats qui satisfont la norme d’écaillage BNQ 2621-905 avec des paramètres de formulations d’un béton de type V-S avec presque tous les liants ternaires utilisés. De plus, lorsque le réseau d’air est de bonne qualité (L ̅ < 230 µm) l’utilisation de superplastifiant PCP ou PNS ne semble pas d’avoir d’effet marqué. Le facteur d’espacement, actuellement prescrit dans la norme CSA A23.1, moyen inférieur à 230 µm avec aucune valeur dépassant 260 µm permet d’obtenir de bons résultats à l’écaillage en laboratoire pour le liant C. Finalement, l’utilisation d’un granulat marginal au micro-Deval peut avoir un effet sur la quantité de débris de surface d’un échantillon soumis au gel-dégel.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Pierre-Olivier Morin-Morissettefr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectDurabilité des bétonsfr
dc.subjectLiant ternairefr
dc.subjectÉcaillagefr
dc.subjectGel-dégelfr
dc.subjectSels fondantfr
dc.subjectGranulatsfr
dc.subjectÉclatementsfr
dc.subjectPop-outfr
dc.subjectMasse de débrisfr
dc.subjectAgent entraineur d’airfr
dc.subjectSuperplastifiantfr
dc.subjectFacteur d’espacementfr
dc.subjectLaitierfr
dc.subjectCendre volante et Fumée de silicefr
dc.subjectMicro-Devalfr
dc.subjectGel-dégel non confinéfr
dc.titleÉtude de la durabilité à l'écaillage en présence de sel fondant des bétons avec liant ternairefr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineGénie civilfr
tme.degree.grantorFaculté de géniefr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc. A.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Pierre-Olivier Morin-Morissette
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Pierre-Olivier Morin-Morissette