Show simple document record

dc.contributor.advisorSutherland, Ronald
dc.contributor.authorObed, Nkunzimana
dc.date.accessioned2017-04-05T20:13:38Z
dc.date.available2017-04-05T20:13:38Z
dc.date.created1991
dc.date.issued1991
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/10350
dc.description.abstractLa Terre est un seul pays," disent certains écologistes. Si cette formule unificatrice peut servir avec efficacité l'environnement physique et peut-être aussi l'économie internationale qui exigent l'harmonisation voire même la standardisation des moyens d'action, elle ne facilite pas la tâche des défenseurs de l'identité culturelle qui, elle, est une vision subjective de la réalité objective, une intelligence de la vie propre à un peuple ou même à un individu, un cachet identificateur et inimitable et qui, à ce titre, fait de la terre un grand ensemble de mondes distincts que l'on ne peut, ni ne doit uniformiser. Beaucoup de penseurs se sont penchés sur cette question mais la plupart ont eu tendance à voir dans cette marque distinctive un élément diviseur de l'humanité. Fort heureusement cependant, cette vision des choses semble périmée actuellement. C'est ainsi que les philosophes contemporains par exemple, comme le souligne F. Laruelle dans Philosophies de la différence (1986), voient la différence, non comme une force centrifuge ou une source de contradictions mais plutôt une distance positive qui unit immédiatement, et sans négativité ni dialectique les contraires.
dc.language.isoeng
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Nkunzimana Obed
dc.titleCrystal Fences and Golden Gates : The Magic of Being Oneself in Some Novels by Hugh MacLennan and Chinua Achebe
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineLettres et littérature
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humaines
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM.A.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record