Show simple document record

dc.contributor.advisorVilleneuve, Carole
dc.contributor.authorPoiré Turcotte, Delphinefr
dc.date.accessioned2017-02-21T15:26:46Z
dc.date.available2017-02-21T15:26:46Z
dc.date.created2017fr
dc.date.issued2017-02-21
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/10134
dc.description.abstractL’objectif ultime de cet essai est de positionner B Corp par rapport à ses concurrents dans le contexte québécois. Aux fins de cette analyse, un tableau comparatif entre les normes B Corp, BNQ 21 000 et ISO 26 000 sera élaboré afin de rassembler l’information pertinente à faire un choix éclairé parmi les nombreux outils d’opérationnalisation de développement durable. Ainsi, faisant face à une variété d’outils et de référentiels de développement durable, les entreprises à but lucratif québécoises obtiendront un portrait à jour de ces outils ainsi que des recommandations afin de faciliter leurs prises de décision. Globalement, l’analyse a permis de constater que B Corp détient plusieurs avantages comparatifs par rapport aux autres normes à l’étude, telles que sa possibilité de certification, sa communauté internationale, son processus rigoureux et sa vision innovatrice. Le dynamisme de la norme B Corp et le message qu’elle véhicule sont très attrayants pour les entreprises à but lucratif sensibilisées par le développement durable. Pour ce qui est de la norme BNQ 21 000, il a été constaté qu’elle est surtout favorisée par les organisations et de nombreux spécialistes en raison de la convivialité de son approche et des nombreux outils disponibles, en plus de son lien avec les principes de la Loi sur le développement durable du Québec. La mise à jour de la norme actuelle et l’éventuelle certification de BNQ 21 000 pourraient accroître sa notoriété auprès des organisations. L’analyse a aussi permis d’établir que la norme ISO 26 000 prenait peu son envol au Québec, alors qu’aucune certification ni aucun outil d’application concret n’ont été développés au Québec, contrairement à d’autres régions du monde comme la France. Pour optimiser l’utilisation de B Corp, les entreprises doivent avoir minimalement introduit la notion de développement durable dans leur culture d’entreprise. Ainsi, de par sa rigueur et ses exigences élevées, elle rejoint plus difficilement les entreprises qui n’ont pas encore intégré le développement durable. L’utilisation conjointe de la norme BNQ 21 000 et de B Corp peut être bénéfique pour les entreprises ayant un faible niveau d’intégration de leur responsabilité sociale. Enfin, il est possible d’affirmer que l’arrivée de B Corp au Québec répond à un besoin flagrant des entreprises de pouvoir mesurer leur performance en termes de développement durable et de faire reconnaître leurs efforts. Étant la seule norme certifiable à ce jour, elle se différencie par sa façon de redéfinir le succès en affaires et sa position enviable auprès des organisations du Québec.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Delphine Poiré-Turcottefr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectAnalyse comparativefr
dc.subjectOutil de développement durablefr
dc.subjectResponsabilité sociale des organisationsfr
dc.subjectB Corpfr
dc.subjectBNQ 21 000fr
dc.subjectISO 26 000fr
dc.subjectPetite et moyenne entreprisefr
dc.subjectGrande entreprisefr
dc.titleLa place de B Corp au Québec : analyse comparative de normes et référentiels de développement durablefr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Delphine Poiré-Turcotte
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Delphine Poiré-Turcotte