Show simple document record

dc.contributor.advisorVinet, Marie-Thérèse
dc.contributor.authorDudemaine, Céline
dc.date.accessioned2017-02-07T21:42:34Z
dc.date.available2017-02-07T21:42:34Z
dc.date.created1996
dc.date.issued1996
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/10103
dc.description.abstractLe subjonctif représente une difficulté importante en espagnol langue seconde (L2), et ce, même lorsque la langue maternelle est le français. Pourtant, si nous comparons le français et l'espagnol, nous constatons que la sélection du subjonctif ne diffère pas beaucoup de L1 à 12. En effet, deux emplois du subjonctif espagnol dans les adverbiales se traduisent par l'indicatif en français, soit dans l'enchâssée introduite par si et dans certaines propositions de temps introduites par cuando (quand). En ce qui concerne les propositions complétives du verbe, certaines de ces propositions enchâssées sont au subjonctif en espagnol (proposer) là où le français emploie plutôt l'infinitif. Alors, comment expliquer la difficulté à employer correctement le subjonctif en espagnol L2 par rapport au français L1? Nous pensons à deux explications possibles. D'abord, celle de la variation modale qui est davantage présente en français comparativement à l'espagnol, entre autres, dans certaines relatives. Puis, celle de la disparition de l'imparfait et du plus-que-parfait du subjonctif en français comparativement à leur stabilité en espagnol. Conséquemment, notre étude vérifie, au moyen d'un test, premièrement la sélection du mode dans certaines enchâssées en espagnol L2; et deuxièmement, l'utilisation des formes de l'imparfait et du plus-que-parfait en espagnol L2. Le test comprend 60 phrases réparties comme suit: 21 verbes subordonnés à l'indicatif et 39 au subjonctif dont 17 sont à l'imparfait et au plus-que-parfait du subjonctif. L'échantillon comprend un groupe expérimental de 73 sujets, et un groupe témoin de 11 sujets. Les résultats au test démontrent des comportements semblables pour les deux groupes de notre échantillon en ce qui a trait au degré de réussite élevé pour la sélection du mode indicatif. Pour ce qui est de la sélection du mode subjonctif, les sujets du groupe expérimental ont fait deux fois plus d'erreurs que ceux du groupe témoin. Enfin, les résultats indiquent que tous les sujets du groupe témoin ont utilisé l'imparfait ou le plus-que-parfait dans presque la moitié des occurrences: pour le groupe expérimental, la performance est moins élevée parce qu'elle repose sur la présélection du mode subjonctif dans un premier temps. Nous avons identifié deux sources potentielles de difficultés à sélectionner le mode subjonctif en espagnol L2: la variation modale en français qui semble démontrer une tendance à favoriser l'indicatif plutôt que le subjonctif, et le caractère non marqué du présent du subjonctif pour plusieurs verbes en français. Pour ce qui est de l'imparfait et du plus-que-parfait du subjonctif en espagnol L2, nous pensons que la difficulté ne peut venir que de la limite du français à se servir uniquement de deux formes au subjonctif.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Céline Dudemaine
dc.titleLe subjonctif dans les phrases enchâssées en espagnol langue seconde
dc.typeThèse
tme.degree.disciplineLinguistique
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humaines
tme.degree.levelDoctorat
tme.degree.namePh.D.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record