Show simple document record

dc.contributor.advisorVigneault, Jean
dc.contributor.authorVadlovo-Landa, Monique
dc.date.accessioned2017-02-07T20:42:48Z
dc.date.available2017-02-07T20:42:48Z
dc.date.created1991
dc.date.issued1991
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/10067
dc.description.abstractLa littérature canadienne comparée est une discipline d'origine assez récente. All the Polarities constitue, pourrait-on dire, la suite attendue aux oeuvres de réflexion et d'analyse qui ont pour titre Second Image et Un Héros nouveau de Ronald Sutherland, Butterfly on Rock de D.G. Jones, Configurations de E.D. Blodgett, Essai sur la littérature canadienne de Margaret Atwood, notamment, outre une série déjà fournie d'articles d'Antoine Sirois, de David M. Hayne et de plusieurs autres critiques, dont Philip Stratford lui-même; les remarques formulées par Northrop Frye sur cette question en diverses occasions font également partie de ce corpus. Cet ouvrage s'inscrit donc dans la foulée de ces études marquantes sur les liens qui existent entre les deux littératures du Canada, lesquelles explorent les éléments constitutifs de la littérature canadienne selon diverses optiques. Par exemple, Ronald Sutherland adopte une optique sociocritique dans Second Image. Son collègue, D. G. Jones, s'astreint aussi rigoureusement à une analyse culturelle et psychologique non seulement des thèmes, mais également des images dans des oeuvres poétiques et romanesques de facture anglaise et québécoise, ainsi qu'on peut le constater dans Butterfly on Rock, une des oeuvres maîtresses dans ce genre. Le livre de Philip Stratford prend une place méritée parmi ces ouvrages fondamentaux, car il apporte une autre pierre à l'édifice de la littérature canadienne comparée. Le titre de l'ouvrage en version originale, All the Polarities, paru en 1986, est une expression tirée de Beautiful Losers. Les Perdants magnifiques en version française, roman de Leonard Cohen. L'étude permet de constater assez rapidement, en effet, que la locution traduit un état de fait littéraire du Canada. Pour mener son analyse, Philip Stratford prend six romans québécois et six romans canadiens-anglais dans le dessein de les étudier en comparatiste, d'en tirer des ressemblances et des dissemblances de différentes sortes ayant trait au contenu ou à la forme, enfin de les confronter à divers niveaux d'analyse. Le professeur Stratford s'attache aussi à mettre en relief ce que les carrières des deux écrivains mis en présence dans chaque chapitre peuvent avoir en commun. Son objectif est franchement de comparer le plus grand nombre possible d'éléments, de nous faire saisir de façon concrète comment et pourquoi les deux littératures principales de notre pays se rapprochent ou divergent. [...]
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Monique Vadlovo-Landa
dc.titleToutes les polarités : traduction de All the polarities de Philip Stratford
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineLettres et littérature
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humaines
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM.A.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record