Show simple document record

dc.contributor.advisorThéoret, Michel
dc.contributor.authorPépin, Linda
dc.date.accessioned2017-02-07T20:38:38Z
dc.date.available2017-02-07T20:38:38Z
dc.date.created1992
dc.date.issued1992
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/10043
dc.description.abstractLes constructions de certains verbes comme être, avoir, faire, etc., posent des difficultés particulières, en raison de leur variété et de leur degré d'abstraction. Dans ce travail, être, de loin le verbe le plus fréquent en français, retiendra notre attention. L'analyse du verbe être en entier étant une tâche trop grande, nous avons réduit notre champ de recherche à l'étude de être accompagné de certaines prépositions. Même si nous croyons qu'elles puissent toutes faire l'objet d'études très intéressantes, notre choix s'est arrêté sur deux prépositions seulement: pour et après. Nous nous pencherons spécifiquement sur tous les emplois où être et PREP apparaissent côte à côte, où aucun adjectif n'est inséré entre eux et où le verbe être n'est pas utilisé comme auxiliaire d'un autre verbe. Par contre, nous nous sommes permis d'insérer l'adverbe là dans les exemples utilisés, car nous sommes convaincue que sa présence entre être et PREP altère le sens de l'expression et souvent considérablement. [...]
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Linda Pépin
dc.titleAnalyse des constructions de être après / être pour en français du Québec
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineLinguistique
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humaines
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM.A.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record