Show simple document record

dc.contributor.advisorHébert, Pierre
dc.contributor.authorSalaun, Élise
dc.date.accessioned2017-02-07T20:31:56Z
dc.date.available2017-02-07T20:31:56Z
dc.date.created1995
dc.date.issued1995
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/10000
dc.description.abstractL'érotisme dans le roman est un thème littéraire peu étudié au Québec. La présente recherche expose le discours de trois institutions, religieuse, juridique et littéraire, sur cette thématique. Dans le premier chapitre, il sera question du discours religieux, tenu dans les années quarante et cinquante, et qui visait la composante érotique contenue dans les romans populaires de l'époque. Pour l'institution religieuse la thématique érotique représentait un danger, par l'impact exemplaire que pouvaient avoir les romans, sur la structure sociale familiale que le clergé contrôlait. En effet, la représentation romanesque de l'érotisme déroge, en ce qui concerne les relations sexuelles des personnages, des normes sociales conventionnelles de l'époque. Pour interdire les romans populaires à composante érotique, le clergé fait pression auprès des gouvernements en vue de l'adoption d'une législation civile. Au deuxième chapitre, le discours juridique sur l'érotisme dans le roman sera étudié à travers les procès pour obscénité qu'ont subi deux romans dans les années soixante au Québec: L'Amant de Lady Chatterley de D.H. Lawrence et Histoire d'O de Pauline Réage. Ce discours traite aussi de la valeur d'exemple négative que peuvent avoir les romans érotiques sur la structure sociale en vigueur à l'époque. De plus, le baby-boom est à l'adolescence dans la décennie soixante, la préservation de la jeunesse est donc très importante pour l'institution judiciaire, soucieuse de conserver une structure sociale plus traditionnelle sur laquelle elle fonde son autorité. Mais en définitive, la justice ne pourra intervenir contre les deux romans en cause, puisqu'ils appartiennent à un autre champ de compétence que le sien, soit la littérature. Le troisième chapitre sera consacré au discours des spécialistes de la littérature, c'est-à-dire les critiques littéraires, qui se sont prononcés sur l'érotisme contenu dans cinq romans québécois des années soixante. À travers les textes critiques, se dégagent des prises de position idéologiques des différents intervenants à l'égard de la représentation romanesque de l'érotisme. Ces positions traduisent l'orientation idéologique des critiques littéraires, tenants de la tradition ou du changement, dans le contexte de la Révolution tranquille au Québec.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Élise Salaun
dc.titleLa chair triomphante : discours religieux, juridique et critique sur l'érotisme dans le roman au Québec, 1940-1969
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineLettres et littérature
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humaines
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM.A.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record