Show simple document record

dc.contributor.advisorVanden Abeele, Jacques
dc.contributor.authorMonzee, Joel
dc.date.accessioned2017-09-08T18:12:22Z
dc.date.available2017-09-08T18:12:22Z
dc.date.created1996
dc.date.issued1996
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/11217
dc.description.abstractChaque année, près de 400 000 patients nord-américains subissent une arthroplastie de la hanche. Cette opération chirurgicale est nécessaire lorsque les propriétés fonctionnelles de la hanche sont réduites: les douleurs sont invalidantes et l'autonomie locomotrice devient précaire. Le taux de réussite de cette opération est de 90%. Afin d'évaluer les effets de l'arthroplastie de la hanche, la marche est conseillée par de nombreux auteurs. Toutefois, peu d'études recensées évaluent la stratégie de marche des patients en termes de qualité de la marche. Six sujets ayant subi une arthroplastie de la hanche sont appariés avec six sujets sans incapacités motrices recensées. Les sujets marchent en ligne droite selon trois cadences de marche: naturelle, rapide et accélérée. Un système d'acquisition cinématique OPTOTRAK est utilisé afin d'enregistrer la position tridimensionnelle de douze marqueurs infrarouges apposés bilatéralement sur des repères anatomiques. Les variations angulaires, dans le plan sagittal, des articulations des membres inférieurs sont analysées au moyen de diagrammes angle-temps, plans de phases et angle-angle. Des indicateurs qualitatifs et quantitatifs sont utilisés pour caractériser la stratégie de marche des sujets. Des questionnaires d'évaluation clinique sont utilisés pour critiquer l'observation cinétique. Cette étude descriptive démontre que, chez des sujets ayant subi une arthroplastie de la hanche, (a) l'amplitude de mouvement des membres inférieurs est réduite, (b) la phase de support est précaire, (c) il existe un faible taux de symétrie entre les membres ipsi- et controlatéraux, (d) les questionnaires et l'évaluation cinétique renseignent des variables complémentaires. H semble que les difficultés motrices soient attribuables à la stratégie de marche préopératoire, à un manque de force musculaire au niveau de la hanche arthroplastiée et à la diminution des informations sensorielles. Des recommandations cliniques sont proposées aux thérapeutes prenant en charge ces patients.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Joel Monzee
dc.titleEffets d'une arthroplastie de la hanche sur la marche de sujets âgés de 60 à 76 ans
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineKinanthropologie
tme.degree.grantorFaculté d'éducation
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Sc.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record