Show simple document record

dc.contributor.advisorLe Couédic, Éric
dc.contributor.authorAllard-Goyer, Étiennefr
dc.date.accessioned2017-07-13T18:32:01Z
dc.date.available2017-07-13T18:32:01Z
dc.date.created2017fr
dc.date.issued2017-07-13
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/10644
dc.description.abstractRédigé en réponse à l’inauguration de la nouvelle Politique énergétique 2030 du Québec, l’objectif de cet essai est de déterminer quelles mesures concrètes doivent être mises en place par le gouvernement du Québec pour rencontrer les cibles émises dans le document. Cet objectif général est accompagné de trois objectifs spécifiques, soit de poser un diagnostic de la situation actuelle de l’énergie au Québec, de réaliser une analyse critique de la Politique énergétique du Québec 2030, ainsi que d’émettre des recommandations quant à sa bonne implantation. L’analyse de la Politique énergétique 2030 démontre que le gouvernement s’est doté de cibles ambitieuses pour faire face aux enjeux énergétiques de la province. En effet, les cibles visant à amorcer une véritable transition énergétique, à diminuer la dépendance du Québec envers l’importation de produits pétroliers ainsi que la promotion des énergies renouvelables, entre autres, permettent de rapprocher le Québec d’un futur faible en carbone. Malheureusement, le manque d’actions concrètes complémentées d’échéanciers réalistes, de prévisions budgétaires ainsi que d’autorités responsables affaiblit la crédibilité générale de la nouvelle politique énergétique. De plus, l’insuccès du gouvernement d’assurer un financement et un support administratif convenable à Transition énergétique Québec, de mettre davantage de l’avant le développement des transports collectifs, de faire face à long terme aux surplus énergétiques de la province et de développer une vision cohérente en matière d’exploitation des énergies fossiles sonne l’alarme au sein de la population québécoise. Dans ce sens, les principales recommandations de l’auteur incluent l’utilisation du gaz naturel et du biométhane pour l’alimentation des transports de marchandises, l’augmentation du financement des réseaux de transports collectifs, la promotion du développement d’une expertise québécoise en matière de production et vente de véhicules électriques, ainsi que la remise en question du développement de nouvelles infrastructures hydroélectriques et éoliennes. De même, l’évaluation de la complémentarité entre l’exploitation des gisements fossiles au Québec et la possibilité de ce dernier à atteindre ses objectifs de réduction des gaz à effet de serre pour les années 2020 et 2030 doit aussi être mis de l’avant par le gouvernement pour respecter ses engagements en matière de protection de l’environnement.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Etienne Allard-Goyerfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectPolitique énergétiquefr
dc.subjectProduction énergétiquefr
dc.subjectConsommation énergétiquefr
dc.subjectEfficacité énergétiquefr
dc.subjectTransition énergétiquefr
dc.subjectÉnergies renouvelablesfr
dc.subjectHydrocarburesfr
dc.titleLa Politique énergétique du Québec 2030 : rencontrer les cibles fixéesfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Etienne Allard-Goyer
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Etienne Allard-Goyer